Chants des Tahitiens du bataillon du Pacifique

Chants des Tahitiens du bataillon du Pacifique

Chants des Tahitiens du bataillon du Pacifique

En octobre 1940, les Établissements français d’Océanie (EFO), actuelle Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie et les Nouvelles-Hébrides, ralliées à la France Libre entre juillet et septembre, mettent sur pied un bataillon composé pour moitié de Polynésiens et pour moitié de Calédoniens, le bataillon du Pacifique. Le 21 avril 1941, 300 volontaires tahitiens embarquent sur le S/S Monowai à destination de Nouméa. Avec les volontaires de la Nouvelle-Calédonie et des Nouvelles Hébrides, ils forment le bataillon du Pacifique (BP 1), composé de 550 volontaires sous les ordres du commandant Félix Broche.

Après un mois et demi d’entraînement près de Sydney (Australie) et cinq mois près de Tel Aviv (Palestine), ils participent à la campagne de Libye au sein de la 1re brigade française libre du général Kœnig et à la bataille de Bir Hakeim (26 mai-11 juin 1942), au terme de laquelle il fusionne avec le bataillon d’infanterie de marine pour devenir le bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique (BIMP).

Surnommé le « bataillon des guitaristes », il comprend plusieurs poètes et musiciens qui composent un certain nombre de chants.

Bibliographie
François broche, Le Bataillon des guitaristes : L’épopée inconnue des FFL de Tahiti à Bir Hakeim, 1940-1942, Paris, Fayard, 1970.
Jean-Christophe Teva Shigetomi, Tamari’i Volontaires, les Tahitiens dans la Seconde Guerre mondiale, Polymages, 2014.
Éric Beauducel, Le Bataillon des guitaristes, Ecpad, 2004, 60 minutes.

Voir le site de l’Amicale de la 1re DFL.

Tamari’i no te batterie

Tamari’i no te batterie est un chant composé par le caporal-chef Pea Tutehau, sous-officier d’active, lors de ses heures de garde ou de repos. Ce chant fait référence à la batterie de deux canons de marine de 65 mm installée en 1939 sur le mont Faiere, sous les ordres du second-maître Marbach, un Alsacien. Un canon de 47 mm lui est ajouté en 1940. Située à environ deux kilomètres du centre-ville de Papeete, elle constitue le principal point de défense de l’île de Tahiti.

Tamari’i no te batterie

Matou teie Tamari’i note batterie
O ta oe titau a’e nei
Te farii nei matou i teture
No to tātou hau metua
Teie mai nei to mau Tamari’i
O ta oe titau a’e nei
Tei ni’a roa ia tona tauraa
Te vahi no te hupe

Enfants de la batterie

Nous sommes les enfants de la batterie
Que tu as appelés
Nous obéissons à la loi
De notre mère-patrie
Nous voici tes enfants
Que tu as appelés
Ils sont perchés tout là-haut
Là où souffle le vent du soir.

Tamari’i volontaire

Quand un corps expéditionnaire est formé pour rejoindre les Forces françaises libres, les paroles de Tamari’i no te batterie sont adaptatées, pour donner Tamari’i volontaire. Cette chanson polynésienne est le chant du régiment d’infanterie de marine du Pacifique – Polynésie (RIMaP-P).

Tamari’i volontaire

Matou teie Tamari’i volontaire
O ta oe i titau mai nei
Te farii nei matou i te ture
No to tatau hau metua
Teie mai nei to mau Tamari’i
O ta oe i titau mai nei
Tei nia roa tona tauraa
Te vahi o te pohe

Traduction

Nous sommes les enfants volontaires
À qui tu as fait appel
Nous acceptons la loi
Celle de la Mère Patrie
Voici les enfants
À qui tu as fait appel
Où se trouve sa renommée
C’est le champ de la mort.

Monowai

Le S/S Monowai est un bâtiment mis à la disposition des autorités des Établissements français d’Océanie pour le transport du corps expéditionnaire, à bord duquel les volontaires embarquent le 21 avril 1941.

Monowai

Refrain
E hoa e ta’u here
Parahi maita’i e
Te reva nei to mau tamari’i
Na ni’a i MonowaiMonowai
Ei tauturu ia Farani here
To tātou metua here
I te ara e

Couplet (bis)
U(a) ahiahi, ua hee te maru
I to’u ai’a o Tahiti e

Traduction

Refrain
Amis, Amours,
L’adieu est grave.
Car voici que vos enfants
embarquent sur le Monowai,
Pour défendre la France bien-aimée,
Notre lointaine Mère Patrie.
Voici que tombe le soir,

couplet (bis)
Voici qu’avance la quiétude
Sur notre Tahiti bien-aimée.

Tamari’i Tahiti

Vau teie to Oteania
Tei faaroo i to reo
I te piiraa mai
Eiaha noa tātou e vi
Teie to mau tamarii
E tamarii no Tahiti
Tei ia oe te faaue mai
Na matou ia e aro
Te enemi taetaevao

Traduction

Nous sommes ceux de l’Océanie,
Qui avons entendu ton appel
Nous appelant
À refuser la sujétion.
Présents ! répondent
Les enfants de Tahiti.
À tes ordres nous sommes,
Prêts à combattre
Le sauvage ennemi

‘Ua reva

Composé après le départ des volontaires, ce chant fait le récit de leur embarquement.

‘Ua ta’iruru mai te ta’ata i ni’a i te tahua i
Tarahoi i taua mahana revara’a ra, e’ua tupu
haere ho’i te mau’ōrerora’a fa’ahiahia, no te
fa’atenitenira’a i teie nei mau ‘aito e te tu’uraa
atu ho’i i te hō’ē mau paraufa’aitoito.

Nā Ruru tāne te ‘ōrero mātāmua : Teie i
muri nei te mau parau tana i hōhora atu i
roto i te ‘ā’au o teie nei naho’a rahi ta’ata :

E tō tā’u ai’a e !

Ma te tino horuhoru o te metua nei ; e tāmata vau
i te paraparau ri’i no ni’a ia tātou e nō ni’a ho’i i
tā tātou mau tamari’i ‘aito o tei fātata i te ta’a ‘ē.

E parau mau roa’tura e e tae mai te pahï paratāne
e e reva te fa’ehau tahiti – inaha teie tātou te
mau metua, te mau fēti’i, te mau vahine, te
mau tamari’i, te putuputu nei nō te reira.

I teie mau mahana i mairi aenei ; ‘ua
mutamuta e ‘ua fiu tō tātou mau tamari’i
no te maoro taua faura’o paratāne ra.

‘Are’a tātou ra te māuruuru noa ra ia tātou nō
te maoro o taua pahï ra nō te mea ; tei hina’ aro-
püai-hia e tātou maori rā ia te maoro ri’i mai ā tā
tātou mau tamari’i, tā ‘outou mau tāne, tō ‘outou
mau pāpā, tō ‘outou mau hoa, i pïha’i iho ia tātou.

‘Ua pau rā taua taime ra – ‘ua tae’a hia rā
taua hora ra e ‘eita tātou e huna i tō tātou
horuhoru, i tō tātou aroha e i tō tātou ‘oto
i tō tātou mau tamari’i no te mea e ‘ere
roa atu teie i te ‘ohipa e te tere ha’uti.

‘Auē tātou e !
‘Auē rātou ri’i e !

Tē tapitō nei i roto i tō tātou ‘ā’au te ‘oa’oa e
te māuiui ; te ‘oa’oa nō te mea, mea hinuhinu
te māri’i ‘aito e te māuiui ra no te mea e
tamari’i herehia taua mau ‘aito ra.

E taua ‘aitora’a ra e teie nei māuiuira’a ;
nō te mea ia ‘ua hina’aro te hō’ē ti’aporo
e fa’atahuri i te orara’a hau, i te orara’a
fāna’o e i te orara’a kiritïano.

E teie nei ‘otora’a ; no te mea te haere
Ato’a nei tā tātou mau tamari’i e pāruru
i taua na hum fa’ahiahia e toru ra.

Mea itoito tātou ; nō te mea ‘aita tātou i
pāto’i, ‘aita tātou i tāpe’ape’a i tā tātou mau
tamari’i o tei fa’aro’o e o tei aroha i te pi’i a
māmā Farāni o tei na roto mai ia de Gaulle.

Tē ‘üto’a-fa’ahou-hia nei e tō tātou roimata
teie nei tahua mai tōna ‘üto’a –ra’a-hia e te
roimata i te matahiti 1916 ra a reva atoa’i te
fa’ehau Tahiti no te tama’i rahi o te reira tau.

E ‘outou te vetahi « ancien combattant » e
reva ato’a nei no teie tama’i ‘āpï – o ‘outou tei
hau atu i te hinuhinu no te mea ‘ua ‘ite aenei
‘outou i te huru o te tama’i e te ho’i fa’ahou nei
‘outou i ni ‘a i taua tahua o tefeiā ‘aito ra.

I te reira tau – ‘ua ti’i pāruru ‘outou ia Farāni
e i teie tau te ti’i fa’aora ra ‘outou ato’a ia’na.

E ‘outou ta matou mau Tamari’i Volontaires
no teie tama’i rahi ri’ari’a roa’tu (atu) – te
ha’apeu nei, te te’ote’o nei matou ia ‘outou
ato’a no tō ‘outou fa’aturituri ‘ore, i te ‘oto o
te pû a de Gaulle e no tō ‘outou mehameha
‘ore i te haruru o te pupuhi a te ‘enemi.

Tē ‘afa’i na ‘outou i tō ‘outou püai iti 300 e
Fa’a’āmui atu i te tahi atu püai iti 300 ato’a – mai
te tōpata iti o te vero efa’atupu i te vai pu’e ra.

A rohi afa’aitoito – afa’a’oroma’i i te mau huru
teiaha ato’a, i te mau huru māuiui ato’a no te mea
e ‘ere tenā ha’a e tenā hōpoi’a i te mea rave ‘ōhie.

Mai ta tō ‘outou mau taea’e fa’ehau vï ‘ore e
na reira mai ra – a na reira ato’a ‘outou.

A ta’i ia matou mai ta matou e ta’i nei ia ‘outou
ia riro râ tāua roimata nō tātou ra mai te roimata
o te tamaiti a te ta’ ata ifa ‘atātauro hia’ ra.

Mai ia ‘outou e ‘ore e mo’e ia matou –
‘eiaha ato’a matou ia mo’e ia ‘outou.

A pāpa’ i pinepine mai – a (papai) pinepine mai
nō te mea e hina’aro matou e ‘ite i te mau ‘initi
ato’a o tō ‘outou haere’a e ta ‘outou tütava.

A amo i tō tātou Ai’a iti mai ta te
« Bataillon du Pacifique » i amo i roto
i te tama’i rahi 1914-1918 ra.

‘la riro ‘outou mai te fēti’i hō’ē – ‘ia here
‘outou i te tahi e te tahi i roto i te mau taime
Fāna’ora’a e iroto i te mau taime ahoaho.

Afa’atura i te maufa’ata’ara’a nō te’na tōro’a
Ni’a roa e a auraro i ta ‘outou mau ra’atira.

Tē ‘ite mai ra tō ‘outou mau tupuna ‘aito
ato’a, te te’ote’o ato’a maira verâ nō te
itoito e nō te ‘aito o tō n’itou mau hina.

Té ‘oa’oa ato’a nei tō tātou ‘Ai’a iti i te mea
e te haere nei tāna ato’a mau tamari’i
e aro i te ‘enemi ia ‘ore ato’a Oteania
vï ‘ore mahere i taua ‘enemi ra.

‘Ua cite tō tātou ‘Ai’a here e tei Pātitifā apato’a
roa nei tōna vaira’a – ‘Ua ‘ite ato’a rā tō tātou
fenua e te pāruruhia nei ‘oia e te nu’u manua
o na Pātireia ti’amā ra Paratane e Marite.

E ‘outou e te mau ra’atira arata’i i ta mātou mau
Tamari’i ; te ani atu nei mātou ma te ti’aturi e
e here ‘outou ato’a i ta matou mau tamari’i.

E i teie nei, e nō te poto te taime, teie ta mātou
parau iti hōpe’a ia ‘outou ato’a e tere nei i te ara.

‘Ia maita’i noa ‘outou !

‘Ia manuia ‘outou !

‘Ia ho’ i ato’ a mai ‘outou !

E hō’ē tumu ! Hō’ē hina’aro ! Hō’ē mana’o !

‘Ia upooti’a te Parauti’a !

‘Ia ora mai Farāni !

‘Ia ora Paratāne e tei tauturu mai !

E, ‘ia maoro te aho o de Gaulle te
Upo’o o te nüna’a farāni vï ‘ore !

Traduction :

Des personnes se sont réunies sur la place Tarahoi
Le jour du départ, et il y a eu de beaux discours
Pour célébrer ces guerriers et aussi pour leur
Transmettre des mots d’encouragements.

Le premier discours était celui de Ruru tāne : lisez
Ci-dessous les mots qu’il a mis dans le cœur de cette
Foule immense :

À ceux de notre patrie !

C’est avec le cœur bouleversé d’un père que je vais
essayer de vous parler un peu de nous et de nos
valeureux enfants qui vont bientôt nous quitter.

C’est la vérité, le bateau anglais est arrivé et les
soldats tahitiens vont partir – voici qu’ensemble
nous, les parents, la famille, les femmes, les enfants,
sommes réunis ici pour cette raison.

Ces jours derniers, nos enfants ont pesté et étaient
las du retard du navire anglais.

Tandis que nous, nous étions heureux du retard du
bateau car nous souhaitions ardemment que nos
enfants, vos époux, vos pères, vos amis restent plus
longtemps près de nous.

Ce moment est terminé – l’heure est arrivée et nous
ne cachons pas notre peine, notre amour et notre
chagrin à nos enfants car ce n’est pas du tout une
action et un voyage de plaisir.

Mon Dieu !
Protégez-les !

La joie et la peine se pressent dans nos cœurs ; la
joie de voir nos valeureux enfants se couvrir de
gloire ; la douleur car ces guerriers sont nos enfants
chéris.

Ce courage et cette douleur nous sont imposés par
un démon qui cherche à renverser la paix, la vie
paisible et la vie chrétienne.

Et ce chagrin est aussi dû au départ de nos enfants
pour protéger ces trois valeurs essentielles à notre
vie.

Nous sommes courageux car nous ne nous sommes
pas opposés, nous n’avons pas retenu nos enfants
qui ont entendu et ont été émus par l’appel de la
mère-patrie française à travers de Gaulle.

Essuyons à nouveau nos larmes sur cette place
comme nous l’avons déjà fait en 1916 lors du
départ des soldats tahitiens pour la Grande Guerre
de ce temps-là.

Et vous, les quelques anciens combattants qui
partent à nouveau pour cette nouvelle guerre –
vous êtes davantage des héros car vous avez vécu la
guerre et vous retournez de nouveau sur le champ
de bataille.

À cette époque-là – vous êtes partis protéger la
France et aujourd’hui, vous partez la délivrer.

Et, vous, nos Tamari’i Volontaires qui partez pour
cette grande guerre effrayante – nous sommes
fiers et remplis d’orgueil, car vous n’êtes pas restés
sourds à l’appel du général de Gaulle et que vous ne
craignez pas le feu de l’ennemi.

Vous partez peu nombreux, juste 300, une petite force,
qui va se joindre aux autres 300 soldats – c’est la petite
goutte de la tempête qui deviendra une inondation.

Courage – supportez toutes les souffrances, toutes
les douleurs car cette mission et ce devoir ne sont
pas aisés.

Tout comme vos frères soldats insoumis – vous le
serez aussi.

Nous vous pleurons et nous vous pleurerons encore
car nos larmes sont comme les larmes du Fils de
l’Homme qui a été crucifié.

Comme nous ne vous oublierons pas – Vous, non
plus, ne nous oubliez pas.

Écrivez-nous souvent – Écrivez souvent car nous
voulons connaître chaque seconde de votre périple
et tous les efforts que vous faites.

Portez haut l’honneur de notre terre natale chérie
tout comme le Bataillon du Pacifique l’a portée lors
de la Grande Guerre de 1914-1918.

Soyez unis comme les membres d’une même famille
– aimez-vous les uns les autres dans les moments
Sereins comme dans les moments d’angoisse.

Respectez les ordres qui viennent d’en haut et
obéissez à vos chefs.

Vos valeureux ancêtres guerriers vous regardent, et
sont fiers du courage et de la bravoure de leurs fils.

Notre terre natale chérie est heureuse car ses enfants
partent combattre l’ennemi pour que l’Océanie
insoumise ne soit jamais asservie par l’ennemi.

Notre terre natale aimée se trouve dans le Pacifique
Sud mais elle sait également compter sur la
protection de la marine anglaise et américaine.

Et vous, les chefs qui conduisez nos enfants ; nous
vous demandons en toute confiance d’aimer nos
enfants.

Et maintenant, le temps nous est compté, voici nos
derniers mots à vous qui partez au loin.

Prenez soin de vous !

Soyez vainqueurs !

Et, revenez-nous !

Un seul but! Une seule aspiration !

Une seule intention !

Que la vérité triomphe !

Que vive la France !

Que vive l’Angleterre qui nous aide !

Et, que l’esprit du général de Gaulle, le chef de la
France insoumise, souffle encore longtemps !

Lors de la traversée sur le Queen Elizabeth, qui les conduit de l’Australie vers le Moyen-Orient, les volontaires tahitiens composent d’autres chants. Pendant la traversée, les troupes embarquées se détendent au cinéma et au théâtre du bord, où les Tahitiens s’illustrent par leurs chants, leurs spectacles de danse et les compositions de Thomas Bambridge, de Frédéric Tefaafana, des deux frères Puairau et de Charles Spitz, dit Taro.

Tainui Kararo (1906-1942), le premier Tahitien tué en Libye, originaire de Napuka, a eu son chant de mémoire composé en langue Paumotu par la population de l’île.

Les populations tahitiennes ont aussi composé des chants pour fêter le retour des Tamari’i volontaires, à la fin de la guerre.

Himene du district de Mataiea pour l’arrivée des volontaires

1er couplet

Iaorana oe e te tavana rahi e te tavana Oire
Iaorana toa hoi o te feia mana tei ratere mai te moana
To tātou nei farerei raa i nia te tahua Tarahoi (bis)

2e couplet

Iaorana oe e te mau aito te aito Patitifa ra
Manava iaora tātou e raroa ê te maru farani
Matou teie o tahiti Nui e te farii nei ia oe
Unauna to oe te aito e ua tui to roo i te ao
Aue rā oe et te mau tamarii tei ofati roa i te ara
Aita roa hoi o te nuu amui otohe hare muri
E ua fati te tara hitara te aito o te nuu Patiri
Ua uvaavaa te tiare no oe tena te haua rii au
Tahiri hia ra e te hupe toetoe e aroha tamarii ai’a (bis)

3e couplet

Tei vaioāha te patotoêre ta’u faaroo a’e nei e
Ua huri ta’u tua, ua huri ta’u aro ua tuu i tana rauti
Te ui nei au i te afai vea i te torea iti mata ra
Eaha teio e aehuehu nei i te hui raatira o te ai’a ra
Ta’u hioraatu i te mau tamarii ua tapoi hia e te ata (bis)

4e couplet

Te aito e
Haere mai to ai’a here o tahiti tee i te vaiuri rau
Ua rau o te oto o te manu (bis)
Teie te parau e te mau tamarii, tiimai a poe te tiare
Afai tuna oe i te roo maitai no te taua ai’a
Ua riro te fetia o te rê ia oe a’u mau tamarii here ra (bis)

5e couplet

Anapa te miti rauti rare ra, e parau api tena
O te reo pii mai o Moûa roa rā, i te pii raā mai Tetufera
Pûuru mapiti a arii to uta, faara i te hui tamarii
A tia i nia Vaiuririnui, ahu me i te maro tainoa
Ua hatuatua te matai o Teva, ei rere raa ia nbo oe
Ei tere raa ia no Vaiuriri i te Pûtaurua Tarahoi.

Traduction :

1er couplet

Iaorana au Gouverneur et au Maire
Iaorana aux voyageurs prestigieux arrivés par la mer
À l’occasion de notre rencontre ici à Tarahoi.

2e couplet

Iaorana aux aito (guerriers, héros), aux aito du Pacifique.
Bienvenue à nous tous qui vivions sous l’égide de la France
Nous Tahiti Nui, nous voici pour vous accueillir
Vous vous êtes couverts de gloire. Votre renommée s’en est allée de par le monde
Oh enfants chéris qui avez su remporter la victoire loin de chez vous
Jamais les alliés n’ont reculé
Vous avez démoli la puissance d’Hitler, le Chef de l’armée du tonnerre
Toutes les fleurs fleurissent pour vous
La brise fraîche du soir épand leur parfum, témoignage d’amour du Sol natal

3e couplet

C’est à « Vaioaha », que j’ai entendu résonner le « toere »
Je me retournai, je regardai : c’était l’appel au combat
J’ai questionné le messager « Torea » aux yeux mobiles
Qu’est ce qui trouble ainsi la population de notre terre natale ?
Un nuage s’est étendu sur nos enfants.

4e couplet

Ô les guerriers
Revenez dans votre cher pays « Tahiti aux eaux verdoyantes »
Aux chants variés des oiseaux
Chers enfants. Venez, venez-vous parer de ses fleurs
Vous qui avez su porter au loin la bonne renommée de notre pays natal
Vous avez gagné l’étoile de la victoire, pour vos enfants chéris.

5e couplet

Un appel retentissant fait scintiller la mer, c’est signe de nouvelles [c’est un présage]
Venu des hauteurs de Mouaroa où se tient l’arii, que peut annoncer cette voix qui appelle ?
Tetufera- Puuru mapiti, avertissez les enfants
Lève-toi, Vaiuriririnui, ceins-toi les reins du Maro tainoa,
Le vent de Teva s’est levé pour t’envelopper et te porter
De Vaiuriri jusqu’à Tarahoi.

Retour du bataillon du Pacifique, chœur à six voix

Iaorana e to matou mau tama here
E Fa’ahanahana tātou, iaora e Maeva
Te oroa oaoa i te outou taeraa mai
E mahana rahi poupou
Tei amui ia tātou
I roto i te oroa rahi o te fenua here
Ioara ta matou mau faehaau ‘tea tei hei mai
Tei ia outou te fetia hanahana
Iaora to outou mau raatira aravihi e
Iaora to outou hoa here e
E faarii papu tātou ta tātou tamarii
Tei faaite hia mai tona ra hoi raa mai
Oia tei haere roa i te tahua Bir Hacheim
Inaha te hoi nei i tona aia here e
Oaoa ana’e tātou
To tātou farerei raa
Teienei mahana i te arofa o Tahiti e
Tahoe ana’e tātou i teie taurua Na roto i te here

Retour du bataillon du Pacifique, chœur à six voix

Iaorana nos chers enfants,
Réjouissons-nous. Iaora et Maeva (bienvenue)
Fêtons joyeusement votre retour
Aujourd’hui est un grand jour de fête
Nous sommes tous réunis
Pour cette grande fête de notre pays aimé
Iaora à nos soldats que nous couronnons
Glorieusement décorés
Iaora à vos chefs expérimentés
Iaora à vos amis chers
Accueillons chaleureusement notre enfant
Dont le retour nous a été annoncé
Ils sont allés sur le champ de bataille de Bir Hakeim
Néanmoins ils reviennent en sa chère patrie Réjouissons-nous
De notre rencontre
En ce jour d’affection de Tahiti
Unissons-nous en cette fête dans l’amour

Droits réservés.
Source : Tamari’i Volontaires, les Tahitiens dans la Seconde Guerre mondiale.
Avec l’aimable autorisation de Jean-Christophe Teva Shigetomi.