Juin 1943

1er juin
De Gaulle définit dans une conférence de presse les caractères du nouveau pouvoir central français. Giraud lui reproche de vouloir instituer en France «un système politique totalitaire (...) copié sur le nazisme, appuyé sur des SS...». Giraud nomme Muselier préfet de police d'Alger.
3 juin
De Gaulle et Giraud coprésidents du Comité français de libération nationale (CFLN), qui succède au CNF: «Sa tâche consiste à rendre à l'effort de la nation et de l'Empire dans la guerre l'unité matérielle et morale qui est la condition de l'ordre, de l'ardeur et de la puissance» (de Gaulle, 4 juin). Catroux est nommé gouverneur général de l'Algérie et commissaire aux Affaires musulmanes.
5 juin
Jean Monnet est nommé commissaire à l'Armement et au Ravitaillement.
9 juin
Dans une lettre aux membres du CFLN, de Gaulle constate que «l'unité n'existe pas et qu'il n'y a pas, en réalité, de gouvernement». Arrestation du général Delestraint, chef de l'Armée secrète, à Paris.
10 juin
Giraud décide de refouler les unités FFL en Libye.
15 juin
Première réunion du CFLN en séance plénière.
16 juin
La Force L devient la 2e DFL (future 2e DB). Kœnig est nommé commandant de la 1re DFL; Larminat prend le commandement du groupe de divisions.
18 juin
A Alger, de Gaulle assure que «certains jeux subtils de division» n'empêchent pas la France d'être «moralement plus compacte, plus unie, plus assurée qu'elle ne le fut jamais». A Londres, Brossolette prononce à l'Albert Hall un bouleversant «Hommage aux morts de la France Combattante»: «La France Combattante n'a été qu'un long dialogue de la jeunesse et de la vie.».
19 juin
De Gaulle rencontre le général Eisenhower, commandant en chef des forces alliés sur le front européen, en présence de Giraud; il refuse que Giraud soit seul à traiter des questions militaires avec les Alliés.
21 juin
Arrestation de Jean Moulin à Caluire (Rhône); torturé, il mourra le 8 juillet. De Gaulle désigne deux successeurs intérimaires à la tête du CNR: Claude Bouchinet-Serreules (zone Nord) et Jacques Bingen (zone Sud).
26 juin
De Gaulle à Tunis. Il y définit le devoir des Français libres envers la France: «Nous avons à la délivrer, à battre l'ennemi et à châtier les traîtres qui l'ont jetée dans l'épreuve, à lui conserver ses amis, à arracher le bâillon de sa bouche et les chaînes de ses membres pour qu'elle puisse faire entendre sa voix et reprendre sa marche au destin».