Dénonciation des Français de Shanghai ralliés à la France Libre

Ancien directeur de cabinet de Paul Reynaud, Roland Jacquin de Margerie (1899-1991) est nommé en octobre 1940 consul général de France à Shanghai, poste qu'il occupe jusqu'en septembre 1944.

Dès l'été 1940, à l'initiative de l'association des anciens combattants, un comité français libre est créé dans la concession internationale : « France quand même ». Entre autres activités, ce comité favorise le départ de volontaires pour les Forces françaises libres.

Fidèle à Vichy, l'Ambassade de France en Chine s'oppose à son action. À partir de juin 1941, des mesures sont prises contre la dissidence gaulliste pour freiner les activités de ce mouvement, avec l'interdiction de toute propagande gaulliste et un renforcement de la surveillance policière.

Le 4 juillet 1941, sur l'instruction de l'ambassadeur, Henri Cosme, le consul général adresse à l'amiral Darlan, vice-président du Conseil, ministre secrétaire d'État aux Affaires étrangères, la liste des citoyens et sujets français ayant à cette date quitté la concession internationale pour rejoindre la France Libre.

denonciation-margerie1

denonciation-margerie2

denonciation-margerie3

Bibliographie :
• Marie-Claire Bergère, « L'épuration à Shanghai (1945-1946) : l'affaire Sarly et la fin de la concession française », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 1997, volume 53, n° 53, pp. 25-41.
• Guy Brossollet, Les Français de Shanghai, 1849-1949, Belin, 1999.