Éditoriaux de Robert Victor/Jacques Baïf dans « France-Orient »

Éditoriaux de Robert Victor/Jacques Baïf dans « France-Orient »

Éditoriaux de Robert Victor/Jacques Baïf dans « France-Orient »

L’auteur

Robert Victor (15 février 1904, La Roche-sur-Yon – 31 janvier 1977), est un officier de marine et un écrivain français, connu en littérature sous le pseudonyme de « Jacques Baïf ».

Après le baccalauréat, Robert Victor obtient le brevet de capitaine au long cours et devient officier dans la marine marchande. En parallèle, il entame une carrière littéraire sous le nom de plume de « Jacques Baïf », publiant plusieurs romans : Naufrage, paru aux Éditions du Siècle en 1933, et Les Apprentis faussaires (comprenant deux volumes, Les Navires truqués, édité chez Denoël en 1939, et L’Oiseleur des ombres, publié chez le même éditeur en 1945).

Pilote sur le canal de Suez, il s’engage dans les Forces navales françaises libres et rejoint l’équipage du paquebot Félix Roussel, transformé en transport de troupes et de munitions, avec lequel il traverse la mer Rouge et l’océan Indien.

En mai 1941, comme le Félix Roussel est en réparations, après deux torpillages, on lui demande de prononcer, devant les Français Libres de Bombay, une conférence sur Français Mauriac, son oncle par alliance, puis, devant le succès de créer la revue France-Orient, publiée par la Section française de l’Information Office, qu’il dirige de mars 1941 à février 1944.

Nommé au cabinet du général de Gaulle (mai 1944-novembre 1945), comme délégué au Commissariat à l’Information, il entame ensuite une carrière consulaire.

Les éditoriaux de Robert Victor

Si France-Orient est, pour une bonne part, une revue littéraire, publiant des auteurs français et asiatiques, elle consacre également une part importante de ses pages aux aléas de la guerre, à la position de la France Libre et à la situation en France occupée. À ce titre, Robert Victor fait paraître, dans chacun des numéros de France-Orient, un éditorial politique dans lequel il commente l’actualité de la France Libre puis de la France Combattante.

Nous vous proposons ci-dessous : « Un seul ennemi : un seul chef », vol. 2, n° 16, août 1942 ; « Jeunesse de France », vol. 2, n° 17, septembre 1942 ; « Problèmes des Français », vol. 2, n° 19, novembre 1942 ; « Confiance, mais rigueur », vol. 2, n° 20, décembre 1942 ; « Une seule cause : la France », vol. 3, n° 23, mars 1943 ; « Lenteur mais victoire », vol. 3, n° 26, juin 1943 ; « Le chemin parcouru », vol. 3, n° 31, novembre 1943 ; « Demain, la France… », vol. 4, n° 33, janvier 1944.

Robert Victor Un seul ennemi un seul chef

Robert Victor Jeunesse de France

Robert Victor Problème des Français

Robert Victor Confiance mais rigueur

Robert Victor Une seule cause la France

Robert Victor Lenteur mais victoire

Robert Victor Le chemin parcouru

Robert Victor Demain la France

Coll. Fondation de la France Libre

Les éditoriaux de Jacques Baïf

Les éditoriaux parus, de manière aléatoire, dans France-Orient sous la signature de Jacques Baïf – « À Georges Duhamel » dans le numéro 16 d’août 1942 et « À François Mauriac » dans le numéro 19 de novembre 1942 – évoquent des figures du monde littéraire auxquelles l’auteur était lié avant-guerre, appartenant à ce que les Français Libres appelaient la « France captive » et marqués par un refus de la politique de collaboration du gouvernement de Vichy.

Jacques Baïf A Georges Duhamel

Jacques Baïf A François Mauriac

Coll. Fondation de la France Libre