Les FAFL dans la bataille d’Allemagne (1944-1945)

Les FAFL dans la bataille d’Allemagne (1944-1945)

Les FAFL dans la bataille d’Allemagne (1944-1945)

Les derniers combats des groupes français

En novembre 1944, est créé le 1er corps aérien français, chargé d’appuyer la Ire armée dans la campagne d’Allemagne. En même temps, les deux groupes de bombardement lourd, « Tunisie » et « Guyenne » se voient fixer comme cibles les installations industrielles de la Ruhr, Cologne et Duisbourg. Pendant ce temps, le groupe Alsace opère aux Pays-Bas – où il sera relevé par Île-de-France pour être dirigé vers l’Allemagne. De son côté, Lorraine intervient en Allemagne du Nord, puis aux Pays-Bas. Revenu d’Italie, où il avait appuyé les combats du CEFI (Corps expéditionnaire français), Bretagne participe également aux campagnes d’Alsace et d’Allemagne.

Le rôle de Normandie-Niemen

Le 15 janvier 1945, Normandie-Niemen est engagé dans la grande offensive contre la Prusse-Orientale, assurant des missions de couverture, d’escorte et de chasse. Successivement basé à Wittenberg puis à Friedland, le groupe participe à l’assaut contre la poche de Königsberg, qui capitule le 9 avril.

1_1_5_5_b_image_1 1_1_5_5_c_image_2 1_1_5_5_d_image_3

Les quatre pilotes du « Normandie-Niemen » faits héros de l’Union soviétique : Jacques André, Marcel Lefèvre, Roland de La Poype et Marcel Albert.

Après la capitulation allemande, le groupe regagne la France le 25 juin 1945, chargé de victoires (273 certaines, 37 autres probables), d’honneurs et de gloire (sept citations, Légion d’honneur, Médaille militaire, Croix de la libération pour l’unité et pour plusieurs de ses pilotes, Ordres du drapeau Rouge et d’Alexandre-Newski). En deux années de campagnes, il comptait 15 tués, 31 disparus et 6 blessés. Lors de son voyage à Moscou, en décembre 1944, de Gaulle avait écrit sur le Journal de marche du groupe : « Sur la terre russe martyrisée comme la terre française et par le même ennemi, le Régiment Normandie, mon Compagnon, soutient, démontre, accroît la grandeur de la France. »

< Les FAFL dans la bataille de France (1944)