Le dialogue De Gaulle-Churchill: entente cordiale?

Lorsque le 18 juin 1940, le général De Gaulle décide de continuer la guerre au nom de la France à partir du territoire anglais, un écueil le guette lui et le mouvement qu'il s'apprête à mettre en place : devenir le chef d'une force d'appoint française vouée à ne jamais s'affirmer politiquement.

Le fait que Churchill ait refusé le 23 juin «toute indépendance» au gouvernement Pétain, est un atout de première importance pour la France Libre. Au commencement de juillet s'ouvrent des négociations entre de Gaulle et les Britanniques en vue de reconnaître la légitimité d'un «Comité français». René Cassin sert la partie française et sir William Strang, l'anglaise. Les Français sont intransigeants sur toutes les questions d'intégrité territoriale et de «maintien de l'Empire». Des accords sont signés le 7 août 1940 entre De Gaulle accompagné de René Cassin d'une part, et Churchill, Strang et Spears de l'autre. Le traitement des FFL, la question financière et l'indépendance de l'administration civile de la France Libre, satisfont de Gaulle.

1_2_4_2_de_gaulle_churchillSuit alors l'envoi de deux lettres de Churchill à de Gaulle, dont la dernière est confidentielle. La première garantit au nom du «gouvernement de Sa Majesté» la volonté d' «assurer la restauration intégrale de l'indépendance et de la grandeur de la France». La seconde apporte une précision : «L'expression "restauration intégrale de 1"indépendance et de la grandeur de la France ne vise pas d'une manière rigoureuse les frontières territoriales. (...) Mais bien entendu, nous ferons de notre mieux.». Il n'est pas de manière plus explicite, et diplomatiquement plus acceptable, de signifier à la France que la guerre contre l'Allemagne n'annule pas une ancienne rivalité. De Gaulle répond à la missive de Churchill avec le ton pondéré que la situation du moment lui autorise : «J'espère que les circonstances permettront un jour au gouvernement britannique de considérer ces questions avec moins de réserves».

Et De Gaulle, s'il ne le dit pas dans ses "Mémoires", doit certainement, en homme d'Etat qu'il est, le comprendre. Mais alors qu'en Europe les intérêts de guerre convergent, il n'en est pas de même en Méditerranée ni au Proche Orient. L'importance accordée par de Gaulle à l'Empire n'est pas uniquement motivée par la possibilité que la France y trouve de mener une guerre efficace contre les Allemands : l'Empire lui offre une légitimité territoriale indispensable dans son rapport aux alliés.

L'élargissement du conflit vers la Méditerranée orientale à partir de 1941 fait rejouer de vieilles rivalités coloniales, restées sous-jacentes et qui vont empoisonner les relations entre les deux alliés. La question de la Syrie et du Liban étant la première grande épreuve diplomatique de la France, elle est aussi l'occasion d'un affrontement entre Churchill et De Gaulle. Mais au delà de ces conflits naturels entre impérialismes rivaux, il y a également le souci de Londres de ne rompre avec Vichy qu'en dernière instance, après s'être assuré qu'il n'y a aucune possibilité d'empêcher le gouvernement français de tomber entièrement sous la coupe d'Hitler. Cette politique confidentielle continue, même après Mers el Kebir et Dakar.

Deux raisons y prévalent. Premièrement, la préférence des diplomates anglais du Foreign Office pour leurs homologues traditionnels du Quai d'Orsay : le ministre des Affaires étrangères britannique, Lord Halifax, est loin d'être un admirateur du Général et il en est ainsi de bon nombre d'autres diplomates. La crainte de l'Angleterre est de voir les bases françaises en Méditerranée livrées à l'Allemagne. Le départ de Lord Halifax du Foreign Office et l'arrivée d'Anthony Eden, est un gage supplémentaire de l'attachement de l'Angleterre à l'homme du 18 juin, quels que soient les incidents de parcours. De Gaulle sent qu'il ne peut s'attacher à un seul protecteur et se tourne vers l'Amérique, dont l'entrée en guerre lui apparaît imminente, pour lui offrir les possibilités militaires de l'Empire.

< Précédent: Aux origines d'une reconnaissance

> Suite : La nécessaire alliance franco-russe


Accéder à la galerie de photos