Philippe de Hauteclocque [Leclerc] (1902-1947)

leclerc_de_hauteclocque_philippe
Le chef de la 2e DB

Né en 1902 au château de Belloy-Saint-Léonard (Somme), il entre à Saint-Cyr (1922), en sort major de la cavalerie (1924), est affecté au 5e Cuirassiers en Allemagne, puis au 8e Spahis algériens au Maroc, où il devient chef du 38e Goum (1929).

Instructeur Ă  Saint-Cyr (1931), promu capitaine, sorti major de l'Ecole de Guerre (1939), il fait partie de l'Ă©tat-major de la 5e DI (1939).

Fait prisonnier (15 juin 1940), il s'évade deux jours plus tard et gagne l'Angleterre où il se présente à de Gaulle (25 juillet 1940).

Promu chef d'escadrons, il est envoyé en AEF : il rallie le Cameroun, est promu colonel et commandant militaire du Tchad (novembre 1940).

Il lève une colonne, dite "colonne du Tchad" ou aussi "colonne Leclerc" et lance l'attaque contre la base italienne de Koufra, dont il s'empare (1er mars 1941) et où il prête le "serment de Koufra".

Général de brigade (août 1941), il livre une première campagne victorieuse contre les Italiens au Fezzan (février-mars 1942).

Une seconde campagne (décembre 1942-janvier 1943) lui permet de conquérir le Fezzan et de faire à Tripoli la jonction avec les troupes franco-britanniques venues du Moyen-Orient (24 janvier 1943).

La colonne Leclerc, devenue "Force L" prend part à la campagne de Tunisie et défile à Tunis aux côtés des troupes alliées (13 mai 1943).

Transférée au Maroc, renforcée des évadés de France par l'Espagne, elle se réorganise sous le nom de "2e division blindée" (septembre 1943-mars 1944), puis est dirigée sur l'Angleterre (avril 1944).

Elle débarque en Normandie (1er août 1944) et joue un rôle de premier plan dans la bataille de Normandie et la libération de Paris (22-25 août 1944).

Fonçant vers les Vosges, elle libère Strasbourg (23 novembre 1944) et prend part à la réduction de la poche de Colmar (février 1945) et entre en Allemagne.

Nommé chef du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, Leclerc quitte le commandement de la 2e DB (22 juin 1945) et signe, aux côtés du général Mac Arthur, l'acte de capitulation du Japon au nom de la France (2 septembre 1945).