Le 18 juin 1949 Ă  Paris

Les cérémonies du 18 Juin se sont, cette année, déroulées à Paris avec une solennité particulière, et ont été suivies par un public plus nombreux que jamais. Nous n'avons certes pas à nous plaindre des controverses d'ordre politique auxquelles cette date a donné lieu, car elles nous ont fait une excellente propagande indirecte, sans que nous y ayons été mêlés à quelque titre que ce soit.

Le compte rendu détaillé de ces cérémonies est donné ci-dessous. Notons simplement ici la belle tenue de la manifestation au monument aux morts de la France Libre et au pont Bir-Hakeim, la ferveur d'une foule immense acclamant le général de Gaulle et le général Leclerc, à l'inauguration de l'avenue Général Leclerc, le recueillement saisissant de la cérémonie du Mont Valérien, le magnifique service religieux d'actions de grâces célébré à Saint-Louis des Invalides.

L'appel du 18 Juin, Bir-Hakeim, le général Leclerc, nos morts, ont été dignement célébrés à Paris cette année. De plus en plus le 18 Juin y devient un jour faste où sont exaltés publiquement et solennellement les mérites de la France Libre.

C'est de plus la belle occasion annuelle qu'ont les Français Libres de Paris et nos délégués de province de se retrouver « en famille » dans l'atmosphère des jours de lutte. De nombreux témoignages nous ont prouvé cette année à quel point ils étaient réconfortés par ce retour collectif sur un glorieux et cher passé.

Et comme, simultanément, partout en France, dans l'Union, en de très nombreux pays étrangers, des cérémonies analogues se déroulent, l'on peut dire que, le 18 Juin, c'est la France Libre tout entière qui se retrouve rassemblée dans le souvenir et dans l'amitié.


Messe à la mémoire du général Leclerc


À 9 heures, sous les voûtes de Saint-Louis des Invalides une messe est célébrée à la mémoire du grand Français Libre que fut le général Leclerc. À cette messe assistaient Monsieur le Président de la République, les membres du gouvernement et de nombreuses personnalités.


Le salut aux morts de la France Libre


Dans le cadre sobre et grandiose du Palais des Arts Modernes, les drapeaux de toutes les associations de résistants entourent sur le Parvis la magnifique statue de Bourdelle, élevée il y a un an à la mémoire des morts de- la France Libre.

Sur la terrasse, à droite, une compagnie du 1er R.I.C. se range derrière son drapeau qui porte inscrit en ses plis les victoires du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique dont le régiment est l'unité de tradition. Côte à côte flottent les glorieux drapeaux des unités de Bir-Hakeim, l'étendard du 1er Régiment d'Artillerie Coloniale, le drapeau de la 13e Demi-Brigade de Légion Étrangère, celui du 1er Régiment de Fusiliers Marins, celui du 1er B.I.M. Plusieurs fanions dont celui du B.M. 2, forment leur détachement d'honneur. Sur la terrasse de gauche se pressent les Français Libres et de nombreuses personnalités.

À 11 heures, Monsieur Pierre de Gaulle, le général Kœnig et le général de Larminat passent en revue les troupes et saluent longuement les drapeaux de Bir-Hakeim. Le Président du Conseil municipal dépose une gerbe au pied du Monument aux Morts de la France Libre tandis que dans le recueillement retentit la sonnerie « Aux morts ».

Derrière les drapeaux de Bir-Hakeim et les troupes, entraîné par la « Marche Lorraine », jouée par la musique du 1er R.I.C., le cortège se forme et en rangs pressés, par le pont d'Iéna et le quai Branly, gagne le pont de Passy qui va devenir le pont Bir-Hakeim.


Inauguration du pont Bir-Hakeim


tibune-officielleLe pont à double voie surmonté du viaduc semblait pourtant bien large. Il devient trop étroit pour contenir la foule qui envahit presque l'enceinte officielle où l'on remarque l'amiral Thierry d'Argenlieu, Madame Leclerc, le général Valin et bien d'autres personnalités officielles et de la France Libre.

Le général de Larminat prend d'abord la parole :

Monsieur le Président,

Au nom de tous les Français Libres je remercie ici le Conseil municipal de la Ville de Paris d'avoir décidé de donner le nom de Bir-Hakeim au pont de Passy et à la station de métropolitain de Grenelle.

Et certes cela est juste et beau. Toute gloire française se commémore à Paris, capitale de la France ; Bir-Hakeim est une victoire française, d'autant, plus belle et plus pure qu'elle éclata en un temps où notre pays vaincu était occupé et opprimé par un barbare implacable, en un temps où cette rive même où je parle était foulée par ce barbare.

Cela est juste et beau aussi parce que les hommes qui luttèrent et moururent à Bir-Hakeim le firent pour l'amour de la France dont Paris est l'essence même. Dans l'aridité nue du désert, c'est pour la richesse et la belle ordonnance d'une civilisation dont Paris est le symbole qu'ils se battaient.

Il nous plaît que le souvenir de Bir-Hakeim soit attaché à un pont qui enjambe ce beau fleuve majestueux, paisible, utile, autour duquel, par lequel, s'est faite la Nation française - cette Seine, qui marque en même temps la liaison fluviale et maritime avec la France d'Outre-Mer d'où est cette fois venue vers la Métropole la délivrance.

Il nous plaît que ce pont prenne la suite d'une tradition déjà ancienne, qui veut que des noms de victoires soient attachés à ces monuments - ponts d'Austerlitz, d'Arcole, de Solférino, de l'Alma, d'Iéna - et après eux, pont Bir-Hakeim - nom inégal aux précédents, car si les effectifs engagés furent moindres, nul doute que l'intérêt national y ait trouvé meilleur compte. Et la valeur d'une victoire est dans son rapport national.

Rappelons-nous. Peu de Français engagés à Bir-Hakeim, mais s'ils avaient tenu quelques jours de moins, sans doute que Rommel serait arrivé au-delà du Nil - du même coup l'ennemi maîtrisait l'Afrique, le Moyen Orient, la Méditerranée, et le sort du monde était changé.

Rappelons-nous - c'est à Bir-Hakeim que s'amorce la renverse de courant qui va conduire en deux ans les armées alliées, jusque-là battues ou sur la défensive, au cœur de l'Allemagne.

Rappelons-nous encore, c'est à Bir-Hakeim que la victoire, qui avait cruellement déserté nos drapeaux, rejoint notre camp pour y rester fidèle. Nous avons fait frapper une médaille pour commémorer ce jour, Monsieur le Président, et à l'avers, ceignant une Victoire ailée, cette inscription : « À Bir-Hakeim la Victoire prend son vol vers la France ». Ce vol sera jalonné par El-Alamein, le Fezzan, la Tunisie ; l'Italie, la Normandie et la Provence, Paris même, puis Strasbourg et l'Allemagne.

Il nous plaît aussi que ce Pont Bir-Hakeim soit où il est, entre Passy et Grenelle. Grenelle, le vieux faubourg populaire et tumultueux - les sections de Grenelle, c'était un peu la vieille garde de la Révolution - Passy, ancien village de « Folies » de financiers, quartier bourgeois entre tous.

Bir-Hakeim est un bon passage de Passy à Grenelle - car à Bir-Hakeim combattaient en volontaires des gens des deux quartiers, des deux milieux, étroitement amis. Le capitaine comte de Lamaze, catholique et monarchiste, y était tué, après avoir communié le matin de sa mort. À la sortie le lieutenant Dewey, prolétaire et communisant, debout dans sa chenillette et hurlant à la bataille, chargeait superbement, pour ouvrir la brèche, les pièces antichars ennemies, en écrasant deux avant d'être tué par la troisième - Lamaze, Dewey, deux paladins, l'un de Passy et l'autre de Grenelle, comme ils seraient à leur aise s'ils se rencontraient aujourd'hui sur ce pont.

Ainsi se sont faits notre Pays, votre Ville, Monsieur le Président, ainsi dureront-ils, des efforts et de luttes menés en bonne entente, pour l'intérêt de la communauté, par des éléments souvent opposés d'autre part. Dieu fasse que ce pont de Bir-Hakeim, qui unit curieusement - serait-ce providentiellement ? - la voie ferrée, la route, le fleuve, le plus bourgeois et le plus populeux des quartiers de Paris - Dieu fasse que ce pont que vous placez aujourd'hui sous le signe de la Victoire française la moins formaliste, la plus purement attachée au seul salut national - que ce Pont soit pour la France et pour Paris l'heureux augure d'une puissante union de toutes les énergies, dans la seule passion du bien public.

Après notre Président, Monsieur Pierre de Gaulle, au nom du Conseil municipal baptise par ces paroles le pont Bir-Hakeim :

Au moment de donner à ce pont de Paris un nom dont l'appellation nous est encore difficile, mais dont la consonance nous est si familière, je me sens envahi par une émotion profonde qui dépasse peut-être, Messieurs, vous qui fûtes les participants et, par suite, les héros de cette épopée, celle que vous ressentez vous-mêmes en rappelant vos souvenirs.

C'est ce que j'interprète ici, moi qui, dans cette partie de la guerre, n'était qu'un soldat sans armes et sans uniforme. Les sentiments du peuple de la métropole alors qu'il suivait haletant, à l'écoute des voix défendues, les phases de votre combat.

Mai-juin 1942, ce n'étaient plus déjà les temps les plus sombres de la guerre. L'espoir renaissait au fond des cœurs les moins accessibles. Il n'était plus pour croire à la victoire d'Hitler que les grands coupables et quelques abusés. Mais c'était l'époque où l'emprise de l'ennemi se faisait plus lourde, où croissaient, avec l'humiliation, les dures souffrances matérielles. C'était le moment, surtout, où les organisations de résistance, nombreuses déjà et riches d'immenses courages mais encore mal soudées et trop souvent maladroites dans l'action, étaient le plus durement traquées par une furieuse répression.

Des camps de la douleur, peu d'échos parvenaient sans doute et la mort n'y moissonnait pas au rythme terriblement rapide qu'elle prit un peu plus tard. Mais chaque jour, dans bien des villes et d'abord à Paris, retentissaient les fusillades des fossés et des caponnières. Et la France, vibrante mais penchée, tressaillait tout entière à leurs bruits.

Nous nous regardions les uns les autres plus librement sans doute et avec plus de fierté. Mais jamais, à aucune époque, l'acte de guerre, pour nous clandestin, n'avait demandé plus de courage.
C'est alors que passa sur les ondes le nom de Bir-Hakeim et que, jour après jour, les Français recueillirent les nouvelles de la bataille. C'est alors qu'à son issue, quand toutes les radios alliées clamaient la gloire de nos armes, un frisson d'enthousiasme et d'orgueil courut à travers le pays : consolation de tant d'efforts, récompense de tant de souffrances, justification, déjà, de tant de morts !

Oh ! certes, nous savions que, depuis bien des mois et presque des années, quelques-uns d'abord de nos frères, rejoints peu à peu par d'autres jusqu'à pouvoir former une petite armée, s'étaient levés à l'appel lancé par le général de Gaulle, le 18 juin 1940, et n'avaient pas cessé de porter au combat sur tous les champs de bataille de la terre, de la mer et du ciel notre drapeau tricolore. Nous savions que le pays demeurait par eux dans la guerre, aux côtés des alliés, et que de nobles hommes de notre race luttaient et mouraient chaque jour pour l'honneur de la France et pour sa victoire -future. Leur exemple aidait largement aux grands sacrifices de la résistance intérieure. Proches d'eux, par le cœur au moins, nous savions mener avec eux un seul combat pour une seule patrie. Mais dans un égal dévouement trop souvent obscur, nous attendions, comme ils attendaient, les rayons de la gloire.

Voici que ceux-ci étaient venus caresser le front sanglant de nos soldats. Et nous que mêlait à leur sort un tout semblable élan, il nous semblait pouvoir partager leur fierté comme nous partagions leurs efforts. On raconte qu'un pauvre gendarme condamné à mort par l'ennemi tombait, en ces jours, sous les balles au Mont Valérien en prononçant ces paroles si simples : « Je meurs à Bir-Hakeim ! »

C'est pourquoi ce nom, désormais illustre, n'est pas seulement celui d'une belle victoire française, que tant de sang répandu, tant d'héroïsme déployé, ont grandement méritée. C'est pour toute la France qui se souvient, l'écho de l'hymne de fierté, du chant de renaissance qui montaient alors du rond des cœurs oppressés encore par l'angoisse, mais désormais sûrs du destin.

Que ce rappel d'un fait d'armes digne des plus belles pages de notre Histoire serve aux générations qui montent en leur garantissant l'éternité de la patrie. Jamais, sans doute, celle-ci n'avait enduré une plus lourde épreuve que celle qui s'appesantissait alors sur elle. Mais au fond de l'abîme, la conscience nationale n'était pas demeurée sans sursaut et le miracle, comme naguère, est venu des vertus de la race. Demain, quoi qu'il arrive, sera digne d'hier. Car, de crise en crise, de douleur en douleur, la France ne suspend pas sa marche. Nos enfants attentifs aux leçons du passé, mèneront, comme l'ont fait nos pères, la tâche que nous avons, à notre tour, conduite pour assurer sa vie et sa grandeur.

J'ai l'honneur, au nom de Paris, d'inaugurer le pont de Bir-Hakeim, deux mots pour toujours, évocateurs de gloire, de martyre et d'inébranlable espérance.

Monsieur Pierre de Gaulle dévoile alors la plaque donnant ainsi au pont le nom de la grande victoire française.

Le général Kœnig, longuement applaudi, monte ensuite à la tribune. Son discours suivi du défilé des troupes clôture cette belle cérémonie :

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Lorsque le 18 juin 1940, à l'appel du général de Gaulle sous les ordres duquel ils servirent avec tant de respect et de fierté; des Français décidèrent de ne pas abandonner le combat, une pensée, une seule pensée les rassembla : ne pas accepter la défaite et se battre pour rendre à leur pays, par la victoire, la liberté. Ces gens ignoraient comme les choses tourneraient, - plutôt mal que bien, semblait-il ! Ils n'en avaient cure. Ils étaient une poignée. À l'époque, personne ne songeait à décréter à qui, plus tard, appartiendrait leur gloire, si gloire il dût y avoir ! Aucune autre voix ne s'élevait que celle qui avait retenti le 18 juin et qui devait leur indiquer dès lors, sans défaillance, au long des jours, des mois et des années, le droit chemin. Ils étaient généralement honnis ou peu suivis. En eux était ancrée la volonté de réussir dans leur très noble dessein ou, s'ils n'y parvenaient point, comme l'écrivit un des leurs, de « mourir debout plutôt que vivre à genoux ».

Ayant ainsi affirmé leur foi patriotique d'une manière qui ne prêtait à aucune équivoque et interdisait toute dérobade, ceux qui en eurent la possibilité partirent vers les champs de bataille. Les occasions d'affronter l'ennemi étaient rares. Pourtant, dès la fin de la sombre année 1940, nos combattants des Forces Françaises Libres furent partout où cela était nécessaire. Très vite, ils remirent dans la guerre une partie de l'Empire. Au printemps de 1941 ils se battaient en Érythrée, en Abyssinie, au Fezzan où le nom du général Leclerc, auquel Paris va rendre cet après-midi un hommage solennel, entra dans la légende. À la fin de cette même année, à peine le Levant rallié, une division légère arrivait dans le désert de Libye où elle prenait sa place à l'ombre de ses drapeaux dans les rangs de la huitième armée britannique. Elle y fit son métier de bonne troupe, déjà rompue à la guerre des sables. Et ce fut, du 27 mai au 11 juin 1942, le fait d'armes que vous avez voulu perpétuer.

L'Histoire de France relate sans doute des exploits plus fameux. Mais deux années auparavant les armées françaises mobilisées à l'avant-garde d'une coalition mal préparée au choc brutal et au rythme rapide de la guerre moderne s'étaient effondrées, entraînant dans un oubli ingrat mainte action valeureuse. En France et en dehors de France taus les patriotes avaient ressenti avec la honte de la défaite l'amertume d'une catastrophe sans précédent depuis des siècles. Chacun d'entre nous ressentait dans sa chair à vif le dénuement de la patrie.

Et voici que dans ce désert de Libye pour la première fois depuis juin 1940 des soldats français étaient appelés à se mesurer dans les conditions exactes de la guerre moderne à ceux qui avaient vaincu leurs camarades. Par un symbole heureux, la division légère dont il s'agit présentait une synthèse parfaite de la France et de son Empire en armes. On comptait dans ses rangs des unités métropolitaines, des unités nord-africaines, des unités coloniales blanches et de couleur, des unités de Légion étrangère. Elle avait reçu une mission bien définie et très importante, personne ne l'ignorait. Pendant six mois, elle avait pris un rude contact avec les formations de l'Afrika Corps et s'était heurtée à elles au cours de nombreuses rencontres dans la guerre du désert qui, semblable sous bien des aspects à la guerre sur mer, offrait des occasions toujours inattendues. Mais en cette fin mai 1942, nos hommes savaient qu'ils allaient recevoir le choc méthodique et puissant de l'armée ennemie d'Afrique, commandée par un chef renommé. C'était, cette fois, le grand rendez-vous. Il fallait faire honneur au drapeau et à nos traditionnelles vertus guerrières. Faillir à la mission équivaudrait à sonner pour la deuxième fois le glas de notre armée et plonger à nouveau dans la désespérance tous ceux qui en France, d'instinct ou par un lent travail du cœur et de la volonté, donnaient corps à la Résistance dont on disait qu'elle s'organisait en dépit d'extrêmes difficultés. Je porte témoignage que nos hommes envisagèrent en toute connaissance de cause l'écrasante responsabilité que les circonstances plaçaient sur leurs épaules et qu'ils décidèrent, en toute clarté également, d'y faire face.

À l'aube du 27 mai 1942 la bataille se déclencha. Elle fut d'une rare violence dès les premières heures, et dès les premières heures le succès nous sourit de manière éclatante. La joie, je dis bien la joie, fut générale. Hélas ! sur d'autres points du très vaste champ de bataille le sort ne fut point aussi favorable à nos vaillants et chers camarades alliés. Servi par une chance étonnante qui lui donna sa première victoire spectaculaire, le général Rommel parut maître du destin en Afrique. Conformément au plan initial, les troupes françaises avaient l'ordre de tenir encerclées pendant cinq, puis sept jours. Elles tinrent donc cinq, puis sept jours pendant lesquels elles livrèrent des combats incessants, rendus de plus en plus pénibles par la chaleur torride. Puis il fallut tenir huit jours, - dix, douze, treize, quatorze jours. Nos hommes, épuisés par la lutte et la privation d'eau, énervés aussi par l'incertitude de l'issue, à chaque heure de plus en plus douteuse, - ces hommes sur lesquels l'ennemi s'acharnait visiblement car il les voulait détruire, - ces hommes ne pouvaient ni ne voulaient se rendre, bien qu'on les en eût sommés à trois reprises. Au soir du quatorzième jour, lorsque la bataille générale eût définitivement subi un cours différent de celui que le Haut Commandement allié avait escompté, il fut décidé que la division légère française libre tenterait de percer les lignes d'investissement qui l'enserraient depuis deux semaines. Le lendemain, dans la nuit du 10 au 11 juin, nuit du quinzième au seizième jour, quittant ses positions jusqu'alors inviolées mais où elle ne pouvait évidemment plus se maintenir, elle exécuta une sortie où nombre des siens périrent mais par laquelle elle rompit les défenses ennemies pour rejoindre la huitième armée.

À sept années de distance, presque jour pour jour, ceux d'entre eux qui m'écoutent et tous ceux qui, de nouveau dispersés dans l'Union française, entendront ou liront la relation des cérémonies d'aujourd'hui, revivront le souvenir de ces heures interminables pendant lesquelles ils rassemblèrent une dernière fois leurs pauvres forces pour ne pas capituler. Ils passèrent, avec plus de deux cents de leurs camarades blessés et les armes lourdes encore intactes. Ils ne laissaient derrière eux, pour garder les matériels détruits, que les corps de leurs tués qui avaient été pour eux des amis. Cinq mois plus tard, après la victoire d'El-Alamein dont ils furent, les survivants de ces combats rentraient dans Bir-Hakeim. Ils recherchèrent longtemps leurs morts. Ils rassemblèrent en un cimetière les tombes éparses de leurs camarades. Ils y édifièrent eux-mêmes une haute stèle frappée de leur emblème, la Croix de Lorraine, dont ils réclament aujourd'hui la sauvegarde dans ce désert dont elle peuple la solitude. Puis ils s'éloignèrent vers d'autres combats. Car telle était leur volonté et tel leur destin.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, si vous désirez savoir ce que recouvre exactement le nom de Bir-Hakeim, il vous faut faire connaissance d'un peu plus près avec les hommes qui assurèrent cette victoire pour le compte de la France. Pour ce faire, je n'ai guère à modifier ce que je disais d'eux en 1943 au grand public algérois. Tout à l'heure le général de Larminat citait, à juste titre, deux de leurs noms parmi les plus représentatifs de ce compagnonnage pour le salut de la Patrie. En ce moment même, combien d'autres figures ressuscitent à nos yeux ! Et parmi elles, celle très pure de ce chef de Bataillon qui, lorsqu'il rejoignit le général de Gaulle, écrivait : « Que Dieu me donne l'esprit d'un Croisé ! » et qui fut tué au cours de la sortie du 11 juin, - et tant d'autres encore !

Au premier rang de ces combattants, les volontaires étrangers, les uns légionnaires de métier et déjà chevronnés au service de notre pays, les autres accourus dans nos rangs dès que la France fut en péril de mort. Un des leurs, le lieutenant-colonel Amilakvari, tué à El-Alamein, disait à ses légionnaires le 30 avril 1942 : « Jamais nous ne ferons trop, jamais nous ne donnerons assez pour remercier la France de ce qu'elle a fait pour les autres peuples au cours de son histoire ». Une telle noblesse désintéressée honorera à jamais ces hommes dans notre mémoire.

Et puis il y eut les Français, - ceux, très nombreux, de l'armée de métier, ceux des réserves venus du monde entier, et tous ces jeunes qui n'avaient pas encore porté les armes. Beaucoup s'étaient évadés de France, des pays occupés, ou des colonies dans des conditions exceptionnellement difficiles. Pour eux, nulle équivoque possible de calcul intéressé, ou d'opportunisme: ils vinrent pour se battre en un temps où la plupart n'espéraient que tirer les dernières cartouches. Ils prirent leurs risques alors que tout était à perdre. Rien ne peut amoindrir leur geste.

Ils ont traversé de telles épreuves morales, surtout en 1940 et 1941, alors qu'ils étaient très seuls, qu'ils n'admettent plus la rouerie, la « combine », la tartufferie d'où qu'elle vienne. Ils détestent une certaine crasse quelle qu'en soit la couleur. Ils ont pris une lourde responsabilité alors qu'il y avait grand mérite à le faire. Cette épreuve les a trempés. Elle leur a donné le goût de la vérité, et aussi celui de dire la vérité.

Telle est la simple victoire et tels sont les simples hommes dont Paris a voulu perpétuer le souvenir en ces lieux chargés de tant d'histoire. C'est au nom de ces hommes, morts et vivants, qu'à mon tour j'exprime à Paris un profond merci. Les nôtres ne tirent nul orgueil malsain d'avoir été les artisans d'une victoire qui fortifia, du moins était-ce leur espoir, la volonté de tant de leurs compatriotes. Mais ils pensent, j'en suis sûr, avec les familles présentes ou absentes de ceux qui ne sont plus, que l'hommage de Paris est rendu à la France d'ou ils tirent la substance de leur force et qui fut leur soutien.

Pour eux, si quelque amertume les prend parce que leur geste est incompris, leur sacrifice méconnu et leur pensée déformée, - s'ils sont décriés de-ci, de-là, parfois même et malheureusement par des voix venues de l'au-delà, je leur citerai cette maxime de Vauvenargues qui m'a été remise providentiellement en mémoire ces jours-ci par une revue d'anciens combattants de Lyon et du Sud-Est : « Que ceux qui sont nés pour l'action suivent hardiment leur instinct. S'il arrive, après cela, que le mérite soit méconnu, il faut pardonner à l'erreur. Les médiocres ne peuvent sentir les qualités supérieures. Ils ne comprennent pas qu'on puisse assez souffrir dans la médiocrité qui est leur état naturel pour vouloir en sortir par de si grands hasards... » Et Vauvenargues d'ajouter plus loin : « Inutile de compter sur autrui, autrui ne manquera pas quand vous aurez réussi. »


Inauguration de l'avenue du Général Leclerc


general-de-gaulle-discoursLe 18 juin, à 15 heures, au cours d'une magnifique cérémonie organisée par le Conseil municipal de Paris à la gloire du libérateur de la ville, l'avenue et la porte d'Orléans sont devenues l'avenue et la porte Général Leclerc. De la tribune élevée qui dominait une foule évaluée à 50.000 personnes, le général de Gaulle, ayant à ses côtés Madame Leclerc et Monsieur Pierre de Gaulle, Président du Conseil municipal de Paris, a prononcé le discours que voici :

« Les grandes actions de la France ont l'unité des chefs-d'œuvre. Il en fut ainsi du redressement dans la guerre, depuis le désastre jusqu'a la victoire. Paris le sait. Si la ville a choisi le 18 juin pour graver sur ses murs le nom du général Leclerc, c'est parce que ce nom et cette gloire sont liés à cette date-là, comme le souvenir de Bir-Hakeim que la capitale célébrait ce matin, comme aussi tant de services qui furent offerts en humbles dons à la douleur de la patrie. Car à partir du jour où la lueur s'alluma sur le gouffre, il n'y eut plus, pour ceux qui voulurent la voir, qu'un seul but et une seule entreprise. La France, au fond de sa détresse, fut capable de cette cohésion.

« Oui ! c'est bien de la France qu'est venue l'inspiration. En appelant, le 18 juin, ses enfants à son secours, en les adjurant de gravir la pente avec moi, j'étais certain d'élever la voix de la conscience nationale. Je crois que tous les Français eurent aussi ce sentiment, y compris ceux qui, malgré tout, n'acceptèrent point de me suivre. En tout cas, ce fut la conviction des volontaires qui, jour après jour, dans la lumière ou dans la nuit, se levèrent pour servir. Ce fut la conviction de ce capitaine Leclerc que je vis devant moi, franc, ferme et fort, quelques jours après mon appel. Il n'en douta jamais, lui, tandis que s'accomplissait le plan de salut dont il fut pour sa part, de bataille en bataille, un prodigieux élément. Et moi, je connus tout de suite et avec joie que cet officier était de plain-pied avec les grandes choses. Il le fallait pour ce que nous avions à faire.

« Remettre dans la guerre les territoires et les forces de l'Empire. En même temps, susciter en France même la résistance contre l'ennemi sous toutes les formes possibles. Unir notre effort à celui des alliés, mais sans jamais rien sacrifier de l'indépendance ou des intérêts de la patrie. Devant l'effondrement de la Troisième République et le déshonneur de Vichy, bâtir au fur et à mesure un gouvernement capable de jouer son rôle au dedans et au dehors. Lier ensemble les espérances, les consentements, les repentirs, afin de retisser l'unité nationale et de prendre part à la victoire à la tête d'une nation rassemblée. Faire en sorte qu'une fois la libération accomplie, le pays moralement disloqué et matériellement ravagé pût reprendre sa marche sans de trop graves bouleversements. C'est tout cela que me dictait la voix profonde de la france.

« Comme elle fût dure la marche jusqu'au but ! Nous savions bien que l'épreuve serait lourde. Mais, vraiment, les obstacles ont dépassé tout ce que l'on attendait : l'ennemi puissant, habile, qui ne nous passa rien partout où nous fûmes aux prises, sur terre, sur mer, dans les airs, ou dans la lutte clandestine ; notre pénurie, telle que pour obtenir le minimum nécessaire, - puisque nous n'en disposions pas -, il fallait en chaque occasion gravir une sorte de calvaire ; les alliés, qui jouaient, eux aussi, leur avenir dans ce jeu terrible, qui pouvaient bien, en tant que peuples, nous témoigner une sympathie que nous n'oublierons jamais, mais qui, en tant que gouvernements, dressaient devant nous les intérêts des États qui sont, comme le dit Nietzsche : « les plus froids des monstres froids » ; enfin, des hommes, dont l'épreuve exaltait les meilleurs mais déprimait les faibles et pourrissait les corrompus, les hommes qu'il fallait sans relâche diriger, séduire, contraindre, parfois écarter.

« Au milieu de tant d'obstacles, je puis bien dire aujourd'hui que maintes fois l'entreprise m'a paru sur le point de se briser. Au cours de l'Histoire de France, il était arrivé déjà que, dans l'extrémité du péril, tel ou tel Français ait dû répondre en personne du destin de la nation. Mais aucun n'avait encore semblé si dépourvu. Charles VII, le pauvre roi de Bourges, avait du moins, vis-à-vis de lui-même et des autres, cette force immense que confère la légitimité nationale. Henri IV fut longtemps une sorte de chef de bande, mais il était le roi de France et tout le monde le savait. Les hommes de la Révolution, pour sauver la patrie en danger, pouvaient puiser dans les ressources incomparables de la nation. Clemenceau, face à l'ennemi et à la trahison guidait une France lassée mais encore puissante, un État troublé mais encore solide.

« Mais moi, qu'étais-je dans notre désolation ? Un bien pauvre homme, en vérité, chef d'une bien pauvre France libre, n'ayant, au départ, ni territoires, ni troupes, ni cadres, ni argent, ni organisation. En fait de pouvoirs publics et de gouvernement, rien que ceux que je créais à mesure. En fait d'autorité, celle-là seulement que je prenais. Si vous saviez combien souvent, dans les jours sombres de Londres, de Brazzaville, d'Alger, de Paris; sentant si lourd le poids de la charge, je mesurais avec angoisse la disproportion terrible qui existait entre le but et les moyens ! Mais alors, mes sœurs françaises, mes frères français, tournant ma pensée vers vous, je sentais monter de vos deuils et de vos larmes, mais aussi de votre confiance et de votre volonté, l'ordre sacré donné par la patrie. Ils ont tous compté, croyez-moi ; les témoignages émouvants que vous m'avez prodigués, comme elles comptèrent toutes les preuves de dévouement fidèle que Leclerc m'a données jusqu'à ses derniers jours, comme ils comptèrent tous les efforts des combattants.

« Car si les moyens du salut étaient numériquement bien faibles, ils avaient, à d'autres égards, une valeur incomparable. L'élite qui, au dehors et au dedans de notre pays opprimé, répondit peu à peu à l'appel du 18 juin, - je parle de ceux qui n'eurent d'autre but que de libérer la patrie, - cette élite ne l'a cédé en rien à aucune de celles qui, au long des siècles, donnèrent l'exemple à la nation. Ce qu'a su réaliser un Philippe Leclerc de Hauteclocque, que nous prîmes capitaine pour en faire un général d'armée, est de l'ordre du merveilleux. Il n'a pas eu, hélas ! à manier de grandes masses. Mais des diverses fractions militaires dont il reçut le commandement, il a tiré tout ce qui était imaginable. Il y a réussi grâce à des aptitudes de chef que l'on peut résumer en citant les mots par lesquels, jadis, Hoche s'exprimait lui-même : « La réflexion prépare ; la foudre exécute ». Il y a réussi, également, grâce à une extraordinaire qualité humaine qui lui fit son prestige et, désormais, lui dore sa gloire.

« Rallier le Cameroun avec une poignée d'hommes. Exécuter vers Mourzouk et Koufra les raids les plus audacieux. Courir à travers l'ennemi et le désert avec des forces presque dérisoires, depuis le Tchad jusqu'à la Méditerranée en s'emparant du Fezzan. Participer ensuite à la bataille de Tunisie. Se révéler du premier coup, à Alençon et Argentan, un maître dans l'art de manier une grande unité blindée. À la tête de celles-ci, briser aux abords d'Antony la ceinture de résistance dont les Allemands entouraient Paris, puis, par cette avenue d'Orléans qui, tout à l'heure, prendra son nom et où un jour s'élèvera sa statue, entrer dans la ville et à faire capituler l'ennemi, déjà chassé des rues et bloqué dans ses points d'appui par nos soldats de l'intérieur. Un jour, fondre sur Strasbourg et d'un bond, libérer la cité. Plus tard, passer le Rhin et terminer la guerre dans le repaire de Hitler à, Berchtesgaden. Enfin, voler en Extrême-Orient pour ramener en Indochine avec le drapeau de la France les chances de la liberté. Voilà les missions que reçut Leclerc et voilà ce qu'il a fait.

« Mais parce qu'il l'a fait avec des hommes dont chacun portait dans son cœur le drame de la France, parce qu'il l'a fait sur des terrains tels que les succès y eurent une extrême résonance, parce qu'il l'a fait dans les moments mêmes où la patrie étouffait sous l'humiliation, son histoire a pris justement un caractère légendaire. Elle est, désormais, l'une de ces épopées par quoi les peuples consolent leurs malheurs, soutiennent leur fierté, nourrissent leur espérance.

« Or, nous avons besoin d'espérance. La menace nouvelle n'est pas loin peut-être et, tandis que l'horizon s'assombrit, nous voyons déferler ces vagues de bassesse qui, souvent, précèdent l'ouragan. Leclerc nous a été retiré par Dieu sans que l'écume, ait jamais pu l'atteindre. « Pour mourir beau, il faut mourir jeune », écrivait Chateaubriand. Mais il nous reste ses services et son témoignage. Nous nous en sentons plus forts pour demeurer face à l'Océan, devant la houle de l'Histoire.

« Vive Paris !

« Vive la France ! »


Cérémonies de la flamme à l'Arc de Triomphe et au Mont Valérien


En fin de journée se sont déroulées les cérémonies organisées par la Grande Chancellerie de l'Ordre de la Libération à l'Arc de Triomphe et au Mont Valérien.

Dans le haut de l'avenue George V, derrière la musique de l'armée de l'air et les drapeaux des associations, les diverses personnalités invitées à ranimer la flamme étaient groupées. Autour du général Kœnig, représentant le grand chancelier de l'Ordre de la Libération, on remarquait le général de Larminat, président de l'Association des Français Libres, Madame Lipowski, présidente de l'Association Nationale des Familles de Résistants et Otages morts pour la France, M. Wichegrod, trésorier général de l'Association Générale des Mutilés de Guerre.

Derrière eux étaient rangés les membres du conseil de l'Ordre de la Libération, ainsi que de nombreux compagnons et les membres des associations dont le président devait ranimer la flamme.

Le cortège monta les Champs-Élysées jusqu'à l'Arc de Triomphe de l'Étoile acclamé par une foule nombreuse reconnaissant les héros de la France Libre.

Sous la voûte, la flamme sacrée fut ranimée par les trois présidents des associations, et après la sonnerie aux morts et l'exécution de La Marseillaise, le général Kœnig alluma la torche que lui présentait le sergent Floch, Compagnon de la Libération et grand mutilé, qui devait la porter jusqu'au Mont Valérien.

Ce dernier prit place dans un scout-car entouré des généraux Kœnig, de Larminat et les drapeaux des trois associations représentées et le cortège des neuf scout-cars s'ébranla par l'avenue de la Grande Armée, vers la Défense, en route pour le Mont Valérien. Tout le long du parcours de nombreuses acclamations saluèrent encore le groupe des voitures et les personnalités qui y avaient pris place.

Dans l'enceinte fortifiée du Mont Valérien se trouvait réunie une foule compacte, composée de très nombreux Compagnons de la Libération, de blessés, de mutilés et de hautes personnalités invitées.

L'amiral Thierry d'Argenlieu, Grand Chancelier de l'Ordre de la Libération y reçut le général de Gaulle à son arrivée.

Le chef des Français Libres alla s'incliner devant le drapeau du 401e R.A.A., puis, en compagnie du Grand Chancelier de l'Ordre de la Libération, se recueillit quelques instants dans la crypte qui abrite les corps de quinze victimes de la résistance.

C'est alors qu'au milieu du recueillement général, prenant des mains de l'amiral d'Argenlieu la flamme qui venait de l'Arc de Triomphe, le général de Gaulle alluma la torchère au pied du cénotaphe, monument, symbolique représentant le sacrifice des résistants morts pour la France.
Encore une fois, ce fut la sonnerie aux morts puis La Marseillaise.

Lorsque tout fut terminé, le général de Gaulle tint à passer, comme à son habitude, parmi les assistants, saluant les personnalités, s'entretenant avec les mutilés, les blessés, serrant d'innombrables mains avant de regagner sa voiture aux acclamations de la foule à l'intérieur du fort comme à l'extérieur, et, qui ne ménagea pas non plus ses applaudissements aux autres personnalités quittant tour à tour le Mont Valérien.


La messe pontificale d'actions de grâces du 19 juin


Sous les voûtes de Saint-Louis des Invalides, où tant de victoires ont été célébrées, il était juste de rendre grâces à la Providence pour la victoire de Bir-Hakeim qui ramenait sur nos drapeaux un souffle de gloire et d'espérance.

À 11 heures 30, les Français Libres, de nombreuses personnalités, des sympathisants, garnissent en quelques minutes l'église. Monsieur le ministre des Anciens Combattants, le général Kœnig et le général de Larminat président la cérémonie.

Le Révérendissime Père Dom Calmels, abbé des Premontrés, ancien aumônier de la 1re D.F.L., officie. Le Révérend Père Lacoin, ancien aumônier du 1er R.F.M. nous rappelle cette victoire qui a chevillé dans les âmes françaises l'espérance que l'appel du 18 Juin y avait placée. Cette victoire nous la devons à nos morts et c'est en parlant d'eux très simplement que le Père termine ,son sermon.


Extrait de la Revue de la France Libre, n°20, juillet-août 1949.