Antoinette Bondu

Volontaire féminine de la France Libre


Nantaise d'origine, née en 1923, elle a rallié Londres en août 1941. Elle faisait partie du réseau Bocq-Adam, lié au réseau du musée de l'Homme, ayant pour principale activité les évasions vers l'Angleterre.

ArrĂȘtĂ©e en janvier 1941 par les Allemands, elle rĂ©ussit Ă  s'enfuir de Douarnenez et, avec trois compagnons, elle embarque Ă  Marseille pour l'AlgĂ©rie. À Oran, elle retrouve son chef de rĂ©seau, et avec lui elle dĂ©cide de rallier Gibraltar, sur un bateau de 5 m de long. Ils sont recueillis aprĂšs une tempĂȘte par un navire britannique : l'Ark Royal.

À partir de Gibraltar, ils sont envoyĂ©s sur l'Angleterre. Antoinette s'engage, matricule 70 167, chez les Volontaires Françaises, elle suit un cours de conductrice au camp de Camberley. Elle fait partie du contingent qui part Ă  Alger. De lĂ , elle est dirigĂ©e sur Hammamet (Tunisie), oĂč elle est affectĂ©e Ă  l'Ambulance Hadfield Spears jointe Ă  la 1re DFL. Elle dĂ©barque en Italie, bien que blessĂ©e dans un bombardement. Puis en Provence, elle participe Ă  la bataille de l'Authion et termine la guerre en Alsace.

Elle était chevalier de l'ordre national du Mérite et titulaire de la médaille de la Résistance et de la croix de guerre.


Extrait de la Revue de la France Libre, n° 286, 2e trimestre 1994.