Ce que disait Churchill Ă  la Chambre des Communes le 2 juillet 1942

« Il n'est pas possible de donner de récit détaillé et final de la bataille. Nous n'avons pas eu le temps de démêler les faits. On peut cependant dire que Rommel avait compté prendre Tobrouk en quelques jours, mais il eut une telle réception qu'il dut changer ses plans. Des deux côtés, les pertes en blindés furent très lourdes. Cependant, Rommel s'accrocha si bien aux positions qu'il avait conquises lors de la percée faite dans nos positions qu'il nous fut impossible de contre-attaquer. Le 4 juin, nous essayâmes, mais fûmes repoussés en subissant de fortes pertes en chars. Puis la bataille se concentra aux alentours de Bir-Hakeim où les Forces françaises combattantes résistèrent avec la plus grande bravoure. »

 

Extrait de la Revue de la France Libre, n° 168, juin 1967.