Les Ă©vasions des volontaires antillais

Notre camarade Rémy Oliny, de Fort-de-France, nous a adressé une excellente étude sur la Résistance antillaise, nous l'en remercions vivement et nous en publions ci-dessous une partie, où nos lecteurs trouveront un écho des difficultés et des périls qu'affrontèrent courageusement les volontaires Martiniquais et Guadeloupéens pour gagner les centres d'accueil, d'hébergement et de transit de la France Libre dans les îles anglaises de Sainte-Lucie et de la Dominique.

Cette contribution au tableau de tous les moyens d'évasion auxquels recoururent les volontaires F.F.L. pour répondre à l'Appel du général de Gaulle est d'autant plus heureuse qu'il était de stricte équité de rendre hommage aux quelque 4.000 Antillais qui rejoignirent, à bord de « Gommiers », Le Roseau (Dominique) ou Port Castries (Sainte-Lucie) et qui, dès leur arrivée dans ces centres, contractèrent un engagement dans les Forces Combattantes de la France Libre.

evasion_antillaisQu'on ne minimise pas la portée du geste de ceux qui affrontèrent la mort par noyade dans le canal de Sainte-Lucie ou de la Dominique, l'internement à Desaix ou à bord du Béarn, la déportation aux Îles du Salut ou au Fort Napoléon aux Saintes. Leur odyssée n'est pas le drame de la faim ou du goût de l'aventure, mais celui de la liberté. Ils voulaient se battre pour un haut idéal, ils voulaient, selon la forte expression du chef qu'ils ne connaissaient que par l'Appel du 18-Juin, que la France fut présente à la victoire dont ils ne désespéraient pas.

L'un des plus importants à s'évader à la Martinique après le lieutenant Fouche, fut, croyons-nous, le commandant Sarah. Il gagna une île anglaise voisine. D'autres patriotes moins connus - beaucoup ont péri en traversant le canal de la Dominique ou celui de Sainte-Lucie - avaient pris le large, mais seuls leurs parents et leurs proches étaient au courant de leur équipée. On en parlait le soir dans les veillées ou derrière les convois funèbres, et les autorités n'étaient pas avisées, officiellement du moins, de ces évasions. Tandis qu'ils s'émurent du départ du commandant Sarah et de ses compagnons. Des batteries côtières furent installées, des patrouilles sillonnaient la mer en tous sens, arraisonnaient les barques des pêcheurs, des avions prenaient chaque jour l'air pour des missions de reconnaissance au grand large.

Mais rien ne put arrêter l'exode vers les îles anglaises où des agents de la France Libre accueillaient, équipaient et acheminaient vers l'Amérique les volontaires de toutes les conditions qui s'évadaient par tous les temps, sur de frêles esquifs à voiles non pontés.

Toute la population participa à ce mouvement. On entreprenait spontanément des collectes pour offrir quelque argent à ceux qui n'en avaient pas, on se taisait quand les agents de l'amiral Robert enquêtaient sur les disparitions ; et nous devons une mention spéciale à ceux qui en certains points de la côte organisèrent des départs en convoi, à ces pêcheurs qui acceptaient bénévolement de « passer les soldats de De Gaulle », comme ils disaient, risquant ainsi leur embarcation, leur liberté, leur vie même, par patriotisme.

On n'a pas assez parlé de l'héroïsme de ces jeunes gens, hommes et femmes qui commirent, ô dérision ! ce délit de fuite. Ceux qui connaissent nos côtes parsemées d'écueils, la mer particulièrement houleuse au Nord et au Sud de la Martinique et infestée de requins, l'inconstance des vents qui s'apaisent ou soufflent en cyclône, tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre, peuvent comprendre ce qu'il y a de grand, de chevaleresque, de romanesque, de don quichotesque presque, à prendre place sans équipement spécial, sans connaissances nautiques, sur des gommiers de 6 à 8 mètres de long, dansant aux crêtes des lames, sombrant presque dans les creux, penchant dangereusement quand la risée est trop forte, obéissant difficilement à la pagaie gauchement maniée, embarquant sans arrêt des paquets d'eau qu'on ne peut « épuiser » parce que l'on a le mal de mer.

Nous avions Maurice Bertrand, alors étudiant comme moi, Edward Gaulein, Steph, auxiliaires des P.T.T., vécu une journée exaltante le 15 juin 1943. Quand nous partîmes de Fort-de-France pour Sainte-Lucie, à l'insu des nôtres, nous n'avions pour nous soutenir que l'enthousiasme de nos 19 ans, les leçons de patriotisme de nos maîtres et l'espoir d'un avenir meilleur pour la France. On conteste aux Antillais ayant rejoint les F.F.L. dans de telles conditions le droit à la médaille des Évadés, comme la prison « Martinique » était moins pénible que celle de la zone dite libre ; mais on ne nous enlèvera pas la fierté d'avoir contribué modestement à refaire la France, ni le droit de souhaiter qu'elle retrouve grandeur et prospérité.

RĂ©my Oliny

 

Extrait de la Revue de la France Libre, n° 119, juin 1959.