Gaston Tavian (dit Collin)

Commandeur de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, médaille militaire, croix de guerre 1939-1945 et des TOE, croix du combattant volontaire de la Résistance, officier du Mérite combattant, médaille coloniale (Maroc), King Medal of Courage.

Gaston Tavian, fonctionnaire au ministère de l'Intérieur, né à Échalot (Côte-d'Or) le 6 septembre 1908, fils d'agriculteur, marié, trois enfants, est mis en congé d'armistice le 23 juin 1940.

Il rallie le général de Gaulle et après plusieurs essais avortés pour rejoindre Londres, parvient en avril 1941 à s'intégrer dans une organisation de Résistance Intérieure et enfin à gagner Londres où, incorporé au BCRA, il est parachuté plusieurs fois en France occupée où il accomplit et réussit plusieurs missions spéciales très dangereuses.

Traqué par la Gestapo et rappelé à Londres, on lui interdit le retour en France.

Volontaire alors pour une unité combattante, il est affecté en 1943 à la 1re Brigade Française Libre qui combat en Tunisie au djebel Garci.

Officier au 1er Régiment d'Artillerie Coloniale de la 1re Division Française Libre, il termine avec cette grande unité la campagne victorieuse de Tunisie puis avec le Corps Expéditionnaire d'Italie il prend part aux combats d'Italie, du Garigliano jusqu'à Rome et ensuite au débarquement en Provence et à la poursuite jusqu'au Rhin.

La guerre terminée, Collin Tavian retourne au ministère de l'Intérieur où sa compétence et son dévouement lui valent d'accéder au poste de contrôleur général de la police et sa parfaite courtoisie et la chaleur de ses sentiments de camaraderie de devenir le maire de son pays natal, Échalot en Côte-d'Or.


Extrait de la Revue de la France Libre, n° 259, 3e trimestre 1987.