Les souvenirs de Miss Travers

Suzan Ă©tait Ă  Bir-Hakeim
par Olivier Pelladeau


Seule femme parmi les combattants, elle a vécu les campagnes d'Afrique les plus dures.
Hier, enfin, LĂ©gion d'honneur et souvenirs.

Seule femme parmi plus de 5 000 soldats... Sous les bombardements allemands de Bir-Hakeim, ses vieux baroudeurs de compagnons légionnaires disaient d'elle avec respect : « Suzan, c'est un vrai mec ! » Miss Travers, que l'Angleterre offrit aux Forces Françaises Libres en 1940, a encore le pouvoir de faire venir au pied de son fauteuil de retraitée un ministre, plusieurs généraux, un parlementaire et de nombreux compagnons d'armes. Le 22 mai 1996, à Savigny-sur-Orge (Essonne), où elle s'est retirée, miss Suzan, 86 ans, a été décorée de la Légion d'honneur. Une médaille qui s'ajoute aux 12 qu'elle possède déjà. Héros for ever...

À entendre la vieille dame, assise droite comme une lady, sa vie aurait vraiment commencé à l'âge de 30 ans. Rien ou presque sur sa naissance à Folkestone. Un père officier de la Royal Navy à la retraite, un frère pianiste, et c'est tout.

Quand la guerre éclate en 1939, elle se trouve en France auprès d'amis de sa famille. En un tournemain, sa décision est prise : elle sera infirmière bénévole. « Parce qu'elle s'ennuyait », prétend le général Geoffrey, compagnon d'armes et compatriote. Nantie d'un diplôme de la Croix Rouge, voici Suzan Travers expédiée en Finlande. L'avancée des troupes allemandes à travers la Norvège la pousse peu à peu à retrouver le fog londonien. Avec une adresse en poche, Covent Garden, et un but : rejoindre ce général de Gaulle qui n'abdique pas. « Quelqu'un m'avait dit qu'il existait des Français Libres. J'ai été voir quelle tête ils avaient », confie-t-elle avec l'accent adéquat.

« Elle ne voulait pas faire comme ces filles de bonne famille, les Spearettes, ambulancières à Londres. Elle voulait combattre », explique le général Geoffrey. Ce sera l'Afrique, en long et en large, et une fidélité sans faille à la 13e Demi-Brigade de Légion Étrangère. Suzan s'engage le 28 août 1940, et embarque trois jours plus tard direction Dakar. Sur le navire elle croise de Gaulle. Ce qui n'est pas peu fait pour l'impressionner.

Le Sénégal, le Congo, le Soudan, l'Éthiopie : pas de répit pour la jeune infirmière, nommée chauffeur de médecin. Prémonition ? Cette place la conduit droit au volant de la Ford du général Kœnig, leader charismatique des Français Libres. En route pour les sables du désert libyen. « Chez nous elle était mieux gardée par les légionnaires qu'une jeune fille dans un couvent. Tous voulaient briller à ses yeux. Elle se comportait comme n'importe quel homme. Elle était gonflée ! » soutient le général Geoffrey. »


Impact


Courage qu'elle va montrer à Bir-Hakeim face à l'armée italienne et l'Afrika Korps de Rommel. Ici, du 27 mai au 19 juin 1942, encerclés par un ennemi plus nombreux, les Français tiennent. Leur sacrifice permet aux Britanniques de se regrouper et de barrer la route du Caire. Arc-boutés derrière leurs canons, crevant de soif, du sable plein la bouche, les yeux rouges mais le doigt sur la détente. Submergés, les hommes reçoivent enfin l'ordre de repli : il faut passer de nuit à travers un champ d'un demi-million de mines.

Suzan entasse des sacs de sable dans la voiture de Kœnig, lui ordonne : « Couche-toi derrière, Mon Général. » Les mitrailleuses tirent en tous sens, les grenades pleuvent. La voiture qui précède saute sur une mine : elle descend, récupère les corps, repart. Plus tard, Kœnig se relève et constate, ahuri, que sa voiture collectionne les impacts.

1943, l'au-revoir à l'Afrique. Direction la campagne d'Italie. Elle y conduit une ambulance. « Nous étions sur les hauteurs de Nice quand la guerre s'est finie », confie miss Suzan, qui rempile aussitôt pour l'Indochine et la Tunisie. Adjudant-chef, elle y épouse l'adjudant-chef Schlegelmich. Dans ce monde d'hommes, l'annonce du mariage de deux adjudants-chefs fait sensation pour qui ignore l'ex-miss Travers. 1947, l'aventure est bien finie. Madame la légionnaire s'est trouvé un autre combat : élever ses deux enfants.

La croix de chevalier de la Légion d'honneur a été remise à Suzan par son camarade de combat le général H. Geoffrey, qui a prononcé le discours d'usage.

Copyright « France-Soir/Press-Alliance » 1996.


Extrait de la Revue de la France Libre, n°295, 3e trimestre 1996.