André-Paul Vilboux

André-Paul Vilboux

André-Paul Vilboux (DR).

André Paul François VILBOUX
Né le 29 janvier 1921 à Rennes (35)

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 30.330
« Disparaît dans la Manche » le 19 août 1942 au large de Dieppe

Pilote de chasse au « 611 Squadron » de la RAF
« Mort pour la France » à l’âge de 21 ans

LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

André-Paul VILBOUX, engagé volontaire dans l’armée de l’Air dès le début de la guerre, est dirigé en janvier 1940 vers l’École de pilotage n°23 du Mans.

À la fin du mois de mai 1940, face à l’invasion fulgurante des troupes allemandes à travers le pays, l’école reçoit l’ordre de se replier sur le terrain d’aviation de Morlaix, dans le Finistère, où elle fusionne avec les éléments des écoles de pilotage de Saint-Brieuc et de Vannes.

Au lendemain du discours radiophonique prononcé le 17 juin par le maréchal PÉTAIN, demandant l’arrêt des hostilités, André VILBOUX, refusant la défaite de l’armée française, décide de quitter la France et de rejoindre la Grande-Bretagne pour continuer le combat. À Douarnenez, il embarque le jour même, avec une cinquantaine d’élèves-pilotes, sur le bateau de pêche Le Trébouliste à destination de l’Angleterre.

À son arrivée, il fait le choix de répondre à l’Appel du général de GAULLE en s’engageant parmi les tout premiers volontaires dans les FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres).

Spitfire Mk.V (DR).

Après avoir suivi tout le parcours des écoles de pilotages de la RAF (Royal Air Force), André VILBOUX, breveté pilote de chasse sur « Spitfire », est affecté en décembre1941 au « 131 Squadron » de la RAF nouvellement créé, où il obtient la première victoire aérienne du Squadron.

Il est ensuite muté au « 611 Squadron » en mars 1942 et pilote les tout nouveaux « Spitfire Mk IX ».

Le 18 août 1942, le « 611 Squadron » est désormais installé sur la base RAF de Redhill, au sud de Londres. André VILBOUX est désigné pour participer à l’opération baptisée « JUBILEE », ayant pour objectif un débarquement en Normandie sur les plages de Dieppe.

18h00, Briefing ! Le déroulement de la mission est présenté aux pilotes, ils devront assurer une protection aérienne au-dessus des navires du débarquement. Avant la traversée de la Manche, ils devront être au rendez-vous à la pointe de « Beachy Head » pour rejoindre le « 602 Squadron », venant de la base RAF de Biggin-Hill.

André ne le sait pas… demain ce sera sa dernière mission.

SA DERNIERE MISSION

Mercredi 19 août 1942 – Opération JUBILEE

À 4h35, réveil pour le petit déjeuner. Il fait encore nuit, le ciel étoilé laisse présager une belle matinée. Les pilotes s’apprêtent pour leur première mission de la journée.

À 5h15, les onze appareils du « 611 Squadron », conduits par le Squadron Leader Douglas WATKINS, décollent du terrain de Redhill pour la première des quatre sorties prévues de la journée.

« Spitfire Mk IX » du « 611 Squadron » (DR).

André VILBOUX est aux commandes du « Spitfire IX (BS179) FY-S », dans la formation d’une section de quatre.

Le soleil au-dessus de la France pointe à l’horizon au moment de leurs passages sur la pointe de Beachy Head. La navigation est très simple pour les pilotes qui se contentent de suivre la longue file de barges et de navires se dirigeant vers Dieppe.

Après quelques minutes de vol, les pilotes aperçoivent au loin les tirs et les explosions du combat qui fait rage sur la côte française. Une section de quatre avions vole à 450 mètres d’altitude tandis qu’une autre vole à 1500 m.

Surgit alors l’aviation de chasse allemande avec des « Focke-Wulf Fw190 » qui prennent à partie le « 611 Squadron » en s’engageant dans un violent combat aérien.

Un « Fw190 » est abattu par le Squadron Leader Douglas WATKINS, il s’écrase à l’ouest de Dieppe. Deux autres « Fw190 » sont endommagés, l’un par le Flight Lieutenant Willliam CRAWFORD-COMPTON, et le second par le Flight Lieutenant Juri MANAK.

« Messerschmitt » contre « Spitfire » (DR).

Au cours de combat aérien, André VILBOUX se retrouve pourchassé par un avion ennemi, au cours d’une manœuvre d’évitement à 500 m d’altitude, il est touché par les tirs de son assaillant. Son avion est aperçu tombant en vrille au-dessus de la mer. Les pilotes allemands finissent par rompre le combat et regagnent le continent.

À 6h10, les Squadrons devant assurer la relève sont là, il est temps pour le « 611 Squadron » de rejoindre sa base.

À 7h05, le dernier avion du « 611 Squadron » se pose sur la base RAF de Redhill. Un avion est manquant. Il s’agit du « Spitfire IX FY-S », celui de VILBOUX.

Le sergent-chef André VILBOUX sera officiellement déclaré « porté disparu ». Il était âgé de 21 ans. Il totalisait 150 h de vol de guerre en 32 missions, et 1 victoire aérienne en collaboration.

Son corps ne sera jamais retrouvé.

Estimation du lieu de sa disparition au large de Dieppe.

Pour en savoir davantage sur le parcours d’André-Paul Vilboux, vous pouvez télécharger sa biographie complète au format PDF (prochainement disponible).

< Retour à la liste des 123