Le discours du maréchal Pétain le 17 juin 1940

Le discours du maréchal Pétain le 17 juin 1940

Le discours du maréchal Pétain le 17 juin 1940

Chef militaire illustre, considéré comme «le vainqueur de Verdun», général en chef de l’armée française jusqu’en 1931, ministre de la guerre en 1934, ambassadeur de France en Espagne en mars 1939, Philippe Pétain, devient le 17 mai 1940, à 84 ans, vice-président du Conseil dans le gouvernement de Paul Reynaud.

 

Le contexte

Au soir du 16 juin 1940, mis en minorité au sein de son gouvernement sur le sujet de la continuation de la guerre en Afrique du Nord, Paul Reynaud démissionne. Le même jour, nommé chef du gouvernement, le maréchal Pétain, favorable à un armistice, engage des pourparlers avec l’ennemi.

 

Le document

Le maréchal Pétain prononce un discours à la radio française le 17 juin à 12h20.

 

Le discours du 17 juin 1940

Français !

à l’appel de M. le président de la République, j’assume à partir d’aujourd’hui la direction du gouvernement de la France. Sûr de l’affection de notre admirable armée, qui lutte avec un héroïsme digne de ses longues traditions militaires contre un ennemi supérieur en nombre et en armes, sûr que par sa magnifique résistance elle a rempli son devoir vis-à-vis de nos alliés, sûr de l’appui des anciens combattants que j’ai eu la fierté de commander, sûr de la confiance du peuple tout entier, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.

En ces heures douloureuses, je pense aux malheureux réfugiés, qui, dans un dénuement extrême, sillonnent nos routes. Je leur exprime ma compassion et ma sollicitude. C’est le coeur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat.

Je me suis adressé cette nuit à l’adversaire pour lui demander s’il est prêt à rechercher avec nous, entre soldats, après la lutte et dans l’honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités.

Que tous les Français se groupent autour du gouvernement que je préside pendant ces dures épreuves et fassent taire leur angoisse pour n’écouter que leur foi dans le destin de la patrie.

 

Lire

Philippe Pétain, Discours aux Français : 17 juin 1940-20 août 1944, Albin Michel, 1989.
Jean-Pierre Azéma et François Bédarida, La France des années noires, tome 1 : De la défaite à Vichy, Le Seuil, coll. Points/Histoire, 2000, 704 p.
Jacques Belle, La Défaite française, un désastre évitable, tome II : Le 16 juin 1940, non à l’Armistice!, Economica, 2009, 349 p.
Marc Ferro, Pétain, Fayard, 1987, 789 p.
Pierre Laborie, L’Opinion française de Vichy, Le Seuil, 1990, 405 p.
Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Le Seuil, coll. Points/Histoire, 2000, 475 p.
Denis Peschanski, Vichy 1940-1944. Contrôle et exclusion, éditions Complexe, 1997, 210 p.
Henry Rousso, Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Gallimard, 2001, 746 p.