Émile Poplimont

Émile Poplimont

Émile Poplimont (DR).

Émile Edmond POPLIMONT
né le 22 septembre 1917 à Vitry-sur-Seine (94)

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 31.195
« Disparaît en océan Atlantique nord » le 12 juillet 1944 au large des côtes marocaines

Pilote à la Flotille d’Exploitation 6-FE
« Mort pour la France » à l’âge de 26 ans

LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

Émile POPLIMONT, engagé dans la marine à l’âge de 17 ans, obtient en septembre 1939 son brevet de pilote d’hydravion au moment où la France entre en guerre.

En 1940 il est envoyé aux Antilles, à Fort-de-France, sur l’île de la Martinique, rejoindre le personnel de la « section de surveillance de l’Aéronautique Navale des Antilles » équipée d’hydravion « Loire 130 CL ».

En juin 1940, après la signature de l’armistice en métropole signifiant l’arrêt des combats. Émile reste en poste à Fort de France. Refusant la défaite de la France, il décide de répondre à l’Appel du général de GAULLE.

En février1941, Émile POPLIMONT et deux compagnons décident de déserter en subtilisant un hydravion qui leur permet de rejoindre l’île de Sainte-Lucie, territoire britannique.

C’est à bord d’un navire qu’ils vont pouvoir ensuite traverser l’Atlantique et atteindre le port de Pointe-Noire au Congo en avril 1941. Émile se présente au bureau de recrutement de la France-Libre et demande à servir dans l’aviation. Il signe son engagement dans les FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres).

Il est affecté un cours moment au groupe de bombardement Bretagne installé au Tchad, avant de rejoindre le « détachement permanent des Forces Aériennes du Moyen-Congo » à Pointe-Noire.

Équipage d’un hydravion Catalina de la 6e FE à Agadir (DR).

En mars 1943 Émile est versé dans les FNFL (Forces Navales Françaises Libres) et prend le grade de « maître pilote » et rejoint les USA pour intégrer le personnel d’une nouvelle escadrille en formation : « escadrille d’exploitation 6FE ». Il va suivre désormais la formation sur d’hydravion américain « Consolidated PBY-5A Catalina ».

En février 1944, la « 6FE » quitte les USA pour aller s’installer au Maroc sur la BAN (base aéronautique navale) d’Agadir. Les missions auront pour objectif la protection des convois maritimes se dirigeant vers Gibraltar et les ports méditerranéens.

Le 12 juillet 1944, Émile POLPLIMONT est désigné pour effectuer une mission de protection maritime au-dessus de l’océan Atlantique Nord.

Il ne le sait pas… ce sera la dernière.

SA DERNIERE MISSION

Mercredi 12 juillet 1944, le maître Émile POPLIMONT monte à bord de l’hydravion « Catalina F-35 BuAer 48361 » et prend place au poste de 2nd pilote.

Avec lui, le lieutenant de vaisseau Roger JACQUEMIN chef de bord et 1er pilote, le quartier-maître mécanicien volant Fernand LECORDIER, le maître radiotélégraphiste volant Camille YBERT, l’aspirant de réserve navigateur Yvan DUCREST et quatre autres membres d’équipage.

Catalina F-35 de la flottille d’exploitation 6e FE (DR)

L’hydravion décolle de la BAN (base aéronautique navale) d’Agadir et prend le cap sud-ouest pour effectuer sa mission de surveillance dans le secteur des Îles Canaries distantes d’environ 400km.

Le retour de la mission s’annonce délicat. Les conditions météorologiques ne sont pas bonnes à cause d’un brouillard qui rend la visibilité mauvaise.

L’avion va bientôt être à court de carburant et n’aura pas la possibilité de rejoindre Agadir. Le pilote est donc contraint de procéder à un amerrissage de nuit au large de Safi au milieu d’une mer agitée. L’opérateur radio réussit à émettre un message de détresse avant que l’hydravion se pose en mer.

L’hydravion « Catalina n° F-35 », sur le point d’amerrir, heurte la mer et se brise en deux. La cabine est rapidement submergée par les eaux.

Alertés, des bateaux de pêches présents aux alentours se détournent pour se rendre sur zone. À leur arrivée, ils réussissent à sauver quatre rescapés.

Cinq membres de l’équipage manquent à l’appel : Émile POPLIMONT âgé de 26 ans, Camille René YBERT âgé de 29 ans, Roger JACQUEMIN âgé de 31 ans, Fernand LECORDIER âgé de 24 ans, Yvan DUCREST âgé de 23 ans. Ils seront officiellement déclarés « disparus en mer ».

Leurs corps n’ont jamais été retrouvés.

Estimation du lieu de la disparition au large des côtes marocaines.

Pour en savoir davantage sur le parcours de Émile Poplimont, vous pouvez télécharger sa biographie complète au format PDF (prochainement disponible).

< Retour à la liste des 123