François Bonnet

François Bonnet

Francois Bonnet (DR).

François (Franco) BONNET – BURANELLI (Burrattini)
né le 16 juillet 1917 à Ancona (Italie).

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 31.344
« Disparaît en Normandie » le 19 août 1944 dans le secteur de Vimoutiers (14).

Pilote au « 198 SQUADRON » de la RAF
« Mort pour la France » à l’âge de 27 ans.

1- LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

François BONNET, d’origine italienne, s’engage dans la guerre d’Espagne où il fait ses débuts comme pilote d’avion.

Lorsque la France entre en guerre en septembre 1939, François BONNET s’engage dans la Légion étrangère et prend part aux combats de la Campagne de Norvège en mai 1940.

De retour en France, lorsque le Maréchal PETAIN annonce avoir demandé à l’ennemi un armistice, François, refusant de déposer les armes, décide de rejoindre la Grande-Bretagne continuer le combat avec les Anglais.

En Angleterre, il fait le choix de répondre à l’Appel du général de GAULLE et s’engage dans les Forces Françaises Libres.

Volontaire pour rejoindre un Corps expéditionnaire en partance pour l’Afrique, François BONNET va participer aux combats de la Campagne du Gabon pour forcer le pays à se rallier à la cause de la France-libre, puis en 1941 aux campagnes de l’Érythrée et de Syrie.

En 1942, il demande à être versé dans l’aviation et s’engage dans les FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres). Il débute sa formation de pilote sur la base aérienne de Damas. En octobre il est incorporé au personnel du Groupe de chasse « Alsace » en partance pour la Grande-Bretagne.

En Angleterre, François suit la formation de la RAF (Royal Air Force) pour obtenir son brevet de pilote de chasse.

Le 18 juillet 1944, il est affecté au « 198 Squadron », une unité combattante équipée de chasseur-bombardier « Hawker-Typhon Mk Ib », venant tout juste de s’installer sur un terrain construit en Normandie après le débarquement des forces alliées. Il s’agit du terrain codé ALG-B7 près du village de Martragny à 10km au sud-est de Bayeux.

Voilà 5 semaines que le débarquement en Normandie a commencé. Les troupes britanniques rencontrent une forte résistance de l’armée allemande autour de Caen et les troupes américaines au sud de Bayeux. L’aviation de chasse ennemie est quasi inexistante.

Installation de roquettes sur un Hawker-Typhoon (DR).

Les pilotes du « 198 Squadron », avec leurs Hawker-Typhoon équipés de roquettes, se sont spécialisés dans l’attaque au sol des positions ennemies, des trains, des chars et autres véhicules. Ils sont désormais impliqués dans les combats menés autour de Caen.

Le 10/08/1944, le Flight/Sergeant François BONNET effectue aujourd’hui sa première mission offensive.

Sept Typhoon sont engagés pour un vol de reconnaissance armé dans le secteur de Pontigny au nord de Falaise, ayant pour objectif la destruction de positions d’artillerie. La formation est conduite par le Squadron/Leader Yves EZZANO (FAFL). François est l’équipier du W/O HALLETT.

Les pièces d’artilleries sont repérées et détruites. Un Typhon est touché, le pilote F/L MacLENNAN doit effectuer un atterrissage forcé. Tous sont de retour à leur base. Le premier vol de François aura duré 1h30.

Au cours de la semaine suivante, François va participer quotidiennement aux missions offensives du « 198 Squadron ». La plupart étant des vols de reconnaissances armés autour de Falaise et Vimoutiers ayant pour objectif la destruction de chars et divers véhicules militaires des troupes allemandes.

Le 19 août 1944, François va participer à de nouvelles missions offensives.

Il ne le sait pas… ce seront les dernières.

2- SA DERNIERE MISSION

Samedi 19 août 1944 – Première mission du jour.

Chasseur-bombardier Hawker-Typhon du « 198 Squadron » (DR).

La mission consiste à un vol de reconnaissance armé sur l’axe routier Orbec / Bernay. Huit Typhoon du « B Flight » sont engagés, répartis en 2 sections de 4 avions : la « Blue section » et la « Green section ». La formation est conduite par le Squadron-Leader Yves EZANNO.

Il est 10h05 lorsque François BONNET décolle du terrain ALG-B7 aux commandes du « Typhoon Mk Ib (MN719) LP-J ». Il est le n°4 de la « Green section », et fidèle équipier du Flight/Sergeant STRATFORD « Green 3 ». Des véhicules ennemis sont repérés et attaqués, sept sont détruits et trois probables.

Il est 11h25 lorsque la formation est de retour au terrain de Marigny.

La seconde mission du jour.

Huit Typhoon du « B Flight » vont être engagés, répartis en 2 sections de 4 avions : la « Blue section » et la « Green section ». Le Flight/Sergent François BONNET est désigné pour y participer, c’est sa treizième mission de guerre au sein du Squadron. La formation sera conduite par le Squadron-Leader Yves EZANNO.

Il est 12h40 lorsque François BONNET décolle du terrain ALG-B7 aux commandes du « Typhoon Mk Ib (MN877) LP-Y ». Il est le n°4 de la « Green section », et fidèle équipier du Flight/Sergeant STRATFORD « Green 3 ».

Au cours de la mission, des véhicules blindés sont repérés et attaqués. Le Flight/Officer MILICH, qui conduit la « Green section » détruit un camion-citerne.

Quatre véhicules militaires, une moto et un véhicule blindé sont détruits, d’autres sont endommagés. François procède à plusieurs de ces attaques sur un véhicule blindé, une station météo, un camion.

Attaque à la roquette par un Hawker-Typhoon (DR).

Plusieurs avions sont victimes des tirs de mitrailleuses de défense antiaérienne. Le Typhoon du Flight/lieutenant Georges LANE « Blue 2 » touché, le pilote saute en parachute.

François soudainement perd de vue son équipier « Green 3 » et demande par radio la position de « Green Leader » qui répond se trouver à environ 3km à l’est de Vimoutiers… puis François n’est plus vu ni entendu.

Il est 13h45 lorsque le dernier Typhoon se pose au terrain de Marigny. Deux sont manquants, celui de LANE et celui de BONNET. Les deux pilotes sont « portés disparus ».

Son avion endommagé, François a dû également sauter en parachute se blessant la jambe lorsque son corps à heurter la queue de l’avion. Au sol, il est fait prisonnier par les Allemands qui le mènent dans une grange au village de St-Germain-de-Montgomery pour le maintenir en captivité. Il y retrouve son camarade Georges LANE lui aussi fait prisonnier. Malgré sa blessure François réussit à s’évader. Repris par les Allemands, il aurait fini par être exécuté. (Selon le témoignage de G. LANE).

Le Sergent-chef François BONNET était âgé de 27 ans, son corps ne sera jamais retrouvé.

Estimation du lieu de la disparition aux alentours de St-Germain-de-Montgomery dans le secteur de Vimoutiers (14).

Pour en savoir davantage sur le parcours de François Bonnet, vous pouvez télécharger sa biographie complète au format PDF.