Daniel Thiriez

Daniel Thiriez

Daniel Thiriez, alias Dany Thomson (DR).

Daniel Marie Gérard THIRIEZ
Né le 13 mars 1915 à Lille (59)

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 30.186
« Disparaît dans La Manche » le 23 septembre 1943 au large des côtes anglaises

Pilote de chasse au « 222 Squadron » de la RAF
« Mort pour la France » à l’âge de 28 ans

1- LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

Daniel THIRIEZ, engagé dans l’armée de l’Air, obtient en 1936 son brevet de pilote avant de retourner à la vie civile à Lille.

En septembre 1939, lorsque la France entre en guerre, Daniel THIRIEZ est mobilisé et affecté sur la base aérienne de Lille-Lesquin. Début 1941, il est admis à suivre à Chartres la formation du PPEOR (Peloton Préparatoire d’Elève-Officier de Réserve).

Début juin face à l’avancée fulgurante au nord de la France des troupes allemandes, l’ordre de repli est donné de rejoindre La-Teste-de-Buch près d’Arcachon.

Paquebot MS Batory (DR).

Le 17 juin 1940, le maréchal PÉTAIN, au cours de son allocution radiophonique, demande aux soldats de cesser le combat. Daniel THIRIEZ refusant de déposer les armes, décide avec son ami Godefroy LE GAL, de quitter la France pour rejoindre la Grande-Bretagne, seul pays encore en guerre contre l’Allemagne. C’est arrivé au port de Saint-Jean-de-Luz qu’ils réussissent à embarquer clandestinement sur le paquebot MS Batory.

À leur arrivée en Angleterre, ils vont tous deux faire le choix de répondre à l’Appel du général de GAULLE et rejoignent Londres le 25 juin 1940. Ils s’engagent dans les Forces Françaises Libres et demandent à servir dans l’aviation. À cette occasion, Daniel demande à avoir comme nom d’emprunt celui de « Dany THOMSON ». Daniel et Godefroy vont pouvoir suivre le long parcours des écoles de pilotage de la RAF (Royal Air Force).

En août 1941, Daniel obtient son brevet de pilote de la RAF et poursuit sa formation dans l’école de perfectionnement du n°59 OTU (Operational Training Unit) avant d’être affecté au « 232 Squadron » sur la base RAF de Ouston, installée au nord de l’Angleterre.

Hurricane du « GC Alsace » (DR).

Deux mois plus tard, Daniel est sélectionné par l’état-major des FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres) pour être envoyé en renfort en Égypte rejoindre une escadrille de la France Libre, le GC1 (groupe de chasse n°1), qui va être engagé sur le théâtre des opérations en Libye contre les forces italo-germaniques.

En février 1942, à son arrivée en Égypte, il rejoint le « GC1 », baptisé « GC Alsace », installé non loin d’Ismaïlia. En avril, après une période d’entraînement des pilotes sur avions de chasse « Hurricane », le « groupe Alsace » est envoyé sur le front s’installé en plein désert.

Daniel participe aux diverses missions offensives du GC1 où il se distingue en étant décoré de la croix de guerre avec palme de bronze.

Le 26 juin 1942, il est grièvement blessé lors d’un combat aérien. Hospitalisé avec vingt-cinq éclats d’obus dans le corps, ce n’est que trois mois plus tard qu’il peut rejoindre son unité au moment où celle-ci est sur le point de quitter le Moyen-Orient à destination de la Grande-Bretagne.

Spitfire Mk IX de son ami Le Gal (DR).

Arrivé en Angleterre, Daniel THIRIEZ est affecté en mai 1943 au « 222 Squadron » de la RAF équipé d’avion de chasse « Spitfire Mk IX ». Il y retrouve son ami Godefroy LE GAL, tous deux vont faire équipe et dans les mois qui vont suivre, participer à plus de cinquante missions au-dessus des territoires occupés de France et de Belgique.

Le 23 septembre 1943, le lieutenant Daniel THIRIEZ est désigné pour participer à une mission de protection aérienne d’une formation de bombardiers.

Il ne le sait pas… ce sera sa dernière mission.

2- SA DERNIERE MISSION

Jeudi 23 septembre 194, le « 222 Squadron » va participer, conjointement avec le « 129 Squadron », à une mission d’escorte de bombardiers devant opérer en Normandie. Les deux Squadrons seront conduits par le Wing Commander « Bill » CRAWFORD-COMPTON.

C’est une belle mâtiné d’automne qui s’annonce. Les conditions météorologiques sont bonnes : temps clair, excepté une légère brume au-dessus de la Seine.

Il est 7h32 lorsque dix Spitfire du « 222 Squadron » décollent du terrain de la base RAF de Hornchurch pour participer à l’escorte de protection d’une formation de dix-huit bombardiers Mitchell de la mission « RAMROD 239 » devant effectuer un bombardement dans le secteur de Rouen.

Spitfire IX du 222 Squadron (DR).

Le lieutenant Daniel THIRIEZ est aux commandes du « Spitfire Mk IX MH987 ». Il est n°2 de la « Blue section » (Blue 2). Il est l’équipier du Squadron Leader Ernest CASSIDY (Blue 1).

Le rendez-vous avec les bombardiers est effectué comme prévu. La traversée de la Manche se fait sans soucis. Arrivés sur l’objectif, les bombardiers larguent les bombes au-dessus de la zone portuaire de Grand-Quevilly, près de Rouen (76).

Après avoir quitté la zone de bombardement, deux sections du « 129 Squadron » vont attaquer deux trains de marchandises. Du côté du « 222 Squadron », Daniel THIRIEZ, « Blue 2 », signale avoir des problèmes avec son moteur qui ne lui permettent pas de poursuivre la mission, et va tenter de rejoindre sa base. Il quitte la formation, escorté par son équipier « Blue 1 », le Squadron Leader CASSIDY.

Commence la traversée de la Manche, les deux avions volent désormais à très basse altitude. Son équipier le suit comme son ombre. Ils sont maintenant à environ 25 km en approche des côtes anglaises.

Daniel est maintenant convaincu que le moteur de son Spitfire ne va tenir plus longtemps et va se prépare à sauter en parachute. Pour cela, il doit effectuer la manœuvre en retournant son avion pour le placer sur le dos afin de faciliter son évacuation et larguer la verrière de son cockpit.

Soudainement, son équipier aperçoit l’avion de Daniel plongé brusquement dans la mer… et disparaître. Aussitôt, il effectue un virage serré pour survoler l’endroit de la disparition… mais aucune trace de l’avion n’est aperçue.

« Blue 1 » signale par radio son emplacement à 16 km au sud de Beachy-Head pour qu’une unité de recherche soit envoyée sur place. Il continue à survoler la zone durant de longues minutes sans succès. Le carburant vient à manquer, il doit renoncer à poursuivre ses recherches et rentrer à sa base.

Malgré les recherches entreprises, aucune trace du « Spitfire MH987 » ni du pilote ne sera retrouvée.

Ce soir, le lieutenant Daniel THIRIEZ sera officiellement « porté disparu ».

Il était âgé de 28 ans. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Estimation du lieu de la disparition à 16 km au sud de Beachy-Head.

Pour en savoir davantage sur le parcours de Daniel Thiriez, vous pouvez télécharger sa biographie complète au format PDF (prochainement disponible).

< Retour à la liste des 123