Eugène Théatre

Eugène Théatre

Eugène Théatre, alias Jack Burston (DR).

Eugène Léon François THÉATRE
Né le 12 octobre 1921 à Paris

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 30.027
« Disparaît en mer du Nord » le 14 février 1942 au large de la Hollande

Pilote de chasseur bombardier au « 248 Squadron » de la RAF
« Mort pour la France » à l’âge de 20 ans

LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

Eugène THÉATRE, devance son appel au service militaire en mars 1940 et s’engage dans l’armée de l’air.

En juin 1940, refusant la défaite de l’armée française alors qu’il se trouve en école de pilotage à Morlaix, il décide de quitter la France le 18 juin à bord d’un bateau de pêche Le Trébouliste pour rejoindre la Grande-Bretagne, continuer le combat.

À son arrivée en Angleterre, Eugène fait le choix de répondre à l’Appel du général de GAULLE en s’engageant parmi les tout premiers dans les FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres). À cette occasion, il demande à prendre le nom d’emprunt de « Jack BURSTON ».

Eugène THÉATRE va suivre le long parcours des écoles de pilotages de la RAF (Royal Air Force) et obtient en août 1941 le brevet de pilote d’avion bimoteur. Avec lui, seize autres français, dont neuf trouveront la mort avant la fin de la guerre, parmi eux cinq seront « portés disparus » : René CASPARIUS, Jean LECOINTRE, Gérard HOUDIN, Ladislas SAPIEHA et Max GUEDJ.

Il perfectionne sa formation, en étant affecté dans l’Ecole d’entraînement opérationnel n° 5 OTU de Chivenor, puis ensuite au n°2 COTU de Catfoss, pour se spécialiser dans les missions de défense côtière et maritime, dernière étape avant de rejoindre une unité opérationnelle. À sa sortie, il est promu au grade de sergent-chef.

Chasseur-bombardier « Bristol-Beaufighter » (DR).

En janvier 1942, le sergent-chef Eugène THÉATRE est affecté au « 248 Squadron » de la RAF installé sur la base RAF de Bircham-Newton à 200 km au nord de Londres, sur la côte Est de l’Angleterre.

Le « 248 Squadron » est équipé de chasseur-bombardier « Bristol-Beaufighter Ic ». Cet avion est adapté aux opérations aériennes de longue distance, en particulier l’escorte de convois maritimes et l’attaque de navires et sous-marins. L’équipage de cet avion est composé d’un pilote et d’un navigateur.

Eugène participe désormais à des missions de reconnaissance, de protection et d’escortes maritimes en mer du Nord.

Le 14 février 1942, il est désigné pour participer à la prochaine mission.

Il ne le sait pas… ce sera la dernière.

SA DERNIERE MISSION

Samedi 14 février 1942, il est 8h05, lorsque sept chasseur-bombardiers du « 248 Squadron » décollent de la base RAF de Bircham-Newton pour effectuer une patrouille maritime au-dessus de la mer du Nord le long des côtes hollandaises.

Chasseur-bombardier « Bristol-Beaufighter » (DR).

Le Sergeant Eugène THÉÂTRE va effectuer sa quatrième mission de guerre. Il est aux commandes du « Beaufighter Mk Ic (T4669) WR-Z », il fait équipe avec son navigateur anglais le Sergeant Colin F. RYALL.

La mission terminée, de retour à leur base, un avion est manquant. C’est le « Beaufighter WR-Z », celui de l’équipage THÉATRE / RYALL.

Sans nouvelle de l’équipage Eugène THÉATRE et Colin Frank RYALL seront officiellement déclarés « porté disparu ».

Aucune trace de l’avion, ni de l’équipage, ne permettra de connaitre les circonstances de leur disparition.

Le sergent-chef Eugène THÉATRE était âgé de 20 ans.

Son corps n’a jamais été retrouvé.

Estimation du lieu de la disparition en mer du Nord au large de la Hollande.

Pour en savoir davantage sur le parcours d’Eugène Théatre, vous pouvez télécharger sa biographie complète au format PDF (prochainement disponible).

< Retour à la liste des 123