René Casparius

René Casparius

René Casparius alias Richard Wilkinson (DR).

Rodolphe René CASPARIUS
né le 8 juin 1914 à Lille (59)

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 30.032
« Disparaît en mer » le 26 novembre 1942 dans le Golfe de Gascogne

Pilote de chasseur-bombardier au 235e Squadron de la RAF
Compagnon de la Libération

« Mort pour la France » à l’âge de 28 ans
Crédité de 3 victoires aériennes
Il totalisait plus de 200h de vol en 45 missions de guerre

LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

René CASPARIUS est professeur de langues et de philosophie lorsque la France entre en guerre.

Mobilisé, il demande à servir dans l’aviation où il suit la formation pour obtenir son brevet d’observateur. Face à l’avancée fulgurante des troupes allemandes au nord de la France, René CASPARIUS doit se replier vers le sud à Toulouse.

Après avoir entendu le discours radiophonique du Maréchal PETAIN, le 17 juin 1940, demandant de cesser le combat, René n’acceptant pas la défaite de l’armée française, décide de rejoindre l’Angleterre et continuer le combat.

Cinq jours plus tard il réussit, avec la complicité de trois autres camarades, à s’emparer d’un avion Caudron-Goéland. Ensemble ils atteignent l’Angleterre et répondent à l’Appel du général de GAULLE en s’engageant dans les FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres), à cette occasion René CASPARIUS demande à prendre comme nom d’emprunt celui de « Richard WILKINSON ».

Beaufighter VIc du 235e Squadron (DR).

Après avoir suivi le long parcours de la formation de la RAF (Royal Air Force), René CASPARIUS obtient son brevet de pilote bimoteur et intègre en février 1942 le 235e Squadron, équipé de chasseur-bombardiers Bristol-Beaufighter VIc, spécialisé pour des opérations nocturnes du Costal Command (défense côtière).

A partir de juillet 1942, le 235e Squadron s’est installé à la Station RAF de Chivenor situé au nord de la pointe de Cornouailles. Les missions sont désormais dirigées vers le Golfe de Gascogne pour chasser les sous-marins « U-boot » allemands qui occasionnent de lourdes pertes parmi les navires des convois alliés sur l’océan Atlantique. Il arrive que la durée de ces missions dépasse les 7 heures de vol.

Le 26 novembre 1942, le capitaine René CASPARIUS, promu Squadron-leader, doit conduire une nouvelle mission.

Il ne le sait pas… ce sera la dernière.

SA DERNIERE MISSION

Vendredi 27 novembre 1942, René CASPARIUS va conduire une section de 2 avions pour une mission de reconnaissance de jour anti-sous-marine au-dessus du Golfe de Gascogne.

Chasseur-bombardier Bristol-Beaufighter (DR).

Il est 13h42, lorsque les deux chasseur-bombardiers décollent de la Station RAF de Chivenor.

Le premier est le Beaufighter VIc « O », piloté par le capitaine René CASPARIUS accompagné de son fidèle navigateur le Flight Sergeant Frank DAVIES. Le second est le Beaufighter VIc « N », piloté par un Canadien le Flying Officer James Bennett WILSON accompagné du Sergeant Arthur COOKE son navigateur.

Après avoir dépassé le secteur de Brest, ils auraient procédé à l’attaque d’un sous-marin.

Aucun signal des deux avions ne sera reçu ensuite.

Aucune trace des avions, ni des membres d’équipages ne sera retrouvée.

René CASPARIUS 28 ans et Frank DAVIES 22 ans, ainsi que Arthur COOKE 22 ans et James Bennett WILSON 21 ans, seront « portés disparus en mer » en date du 27/11/42.

Estimation du lieu de la disparition au large de la Bretagne.

Pour en savoir davantage sur le parcours de René Casparius, vous pouvez télécharger sa notice biographique complète au format PDF (prochainement disponible).

< Retour à la liste des 123