Yves Brière

Yves Brière

Yves Brière (DR).

Yves Désiré Jean Georges Paul BRIÈRE
né le 2 août 1919 à Le-Loroux-Bottereau (44)

Engagé dans les Forces Aériennes Françaises Libres
Matricule FAFL 30.500
« Disparaît en mer d’Irlande » le 13 mai 1941 au large des côtes galloises

Pilote au « 615 Country of Surrey Squadron » de la RAF
« Mort pour la France » à l’âge de 21 ans

1- LE CONTEXTE AVANT SA DISPARITION

Yves BRIÈRE, attiré par l’aviation dès son plus jeune âge, a obtenu son brevet de pilote de tourisme à 17 ans. En 1938 il s’engage dans l’Armée de l’Air et obtient rapidement son brevet de pilote militaire, premier de sa promotion.

Au moment où la France entre en guerre en septembre 1939, Yves est en stage de perfectionnement à l’Ecole de chasse d’Avord près de Bourges avant d’être affecté à Oran en Algérie au Centre d’Application de chasse installé sur le terrain d’aviation de « La Sénia ».

En mai 1940, Yves est en métropole en permission chez ses parents au moment où les troupes allemandes débutent l’invasion du nord de la France. Ne supportant pas l’inactivité, il décide de rejoindre l’Algérie par ses propres moyens.

Lorsqu’il débarque au port d’Oran, il prend connaissance du discours radiophonique du maréchal PÉTAIN prononcé la veille demandant l’arrêt des combats et un accord d’armistice avec l’ennemi.

Ne supportant pas la défaite de l’Armée française, il décide de rejoindre l’Angleterre pour continuer le combat. Le 20 juin 1940 il subtilise un avion et rejoint Casablanca. Une semaine plus tard il réussit clandestinement à monter à bord du cargo Oakcrest à destination de Gibraltar, territoire britannique. A son arrivée en Angleterre, Yves fait le choix de répondre à l’Appel du général de GAULLE et s’engage dans les FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres).

« Hurricane Mk I » du « 615 Squadron » (DR)

Après avoir suivi une rapide formation de pilote dans les écoles de la RAF (Royal Air Force), Yves est affecté le 17 décembre 1940 en unité opérationnelle au « 615 Squadron » installé sur la base RAF de Kenley dans la banlieue de Londres, où il retrouve ses camarades René MOUCHOTTE et Charles GUÉRIN.

Yves va participer à des missions de protection de l’espace aérien du sud de l’Angleterre, puis à des missions offensives au-dessus des territoires occupés aux commandes d’avion de chasse « Hawker Hurricane Mk I ».

Le 13 mai 1941, alors que le « 615 Squadron » est maintenant installé en bord de mer au nord-ouest du Pays de Galles sur la base RAF de Valley, l’adjudant pilote Yves BRIÈRE est désigné pour une mission d’interception d’un avion ennemi.

Il ne le sait pas encore… ce sera sa dernière mission.

2- SA DERNIERE MISSION

Mardi 13 mai 1941, il est 12h35 lorsqu’un avion ennemi est signalé au nord-ouest du Pays de Galles à proximité de « Bardsey Island », il s’agirait d’un bombardier « Junker 88 ».

Aussitôt une patrouille d’interception composée de deux appareils du « 615 Squadron » s’apprête à intervenir.

« Hurricane Mk I » (DR)

Il est 12h45 lorsqu’Yves BRIÈRE décolle aux commandes du « Hurricane Mk I (V6551) KW-« . Il est l’équipier du Flight-Lieutenant Petrus HUGO.

Ensemble ils grimpent rapidement à 1000 m d’altitude en prenant le cap 210° les menant au-dessus de la mer. Soudain Yves signale un problème mécanique avec son moteur. Son leader lui conseille avec insistance de sauter en parachute et lance un SOS demandant l’intervention d’une vedette de secours sur la zone.

Mais Yves répond pouvoir amerrir. Il se positionne pour cette manœuvre et réussit parfaitement son amerrissage. L’appareil touche à peine la mer et glisse sur environ cent mètres avant que le nez de l’appareil ne s’enfonce légèrement, créant un brusque ralentissement.

Son équipier l’aperçoit dans son cockpit penché en avant paraissant inconscient, sa tête ayant probablement heurtée le collimateur au moment du choc. L’avion flotte encore quelques minutes, puis commence à s’enfoncer doucement et finit par disparaitre.

Il est 13h05, sa position se trouve à environ dix kilomètres des côtes galloises, au 53°07’N – 4°38’W. Petrus HUGO largue sur la position son gilet de sauvetage et son canot pneumatique de survie, tout en formant de grand cercle dans l’espoir d’apercevoir son équipier.

Il est 13h40 lorsque qu’une patrouille du « 615 Squadron » arrive sur la zone venue participer aux recherches. Elle est constituée du Flight-Officer TIMEWELL et du Flight-Lieutenant Gordon HAYWOOD. Ils aperçoivent une tache d’huile, l’un d’eux lance son canot de sauvetage et marque l’endroit en lançant un fumigène.

Gordon HAYWOOD accompagne Petrus HUGO, ensemble ils retournent à leur base et se posent à 13h50.Tandis que TIMEWELL continue à voler en cercle au-dessus de la position pour guider la vedette rapide de « l’Air-Sea Rescue » qui se dirige vers la zone de la disparition.

Vedette rapide de « l’Air-Sea Rescue » (DR).

À son arrivée la vedette récupère le gilet de sauvetage et les deux canots pneumatiques qui sont vides.

Le Flight-Officer TIMEWELL quitte la zone de recherche, retourne à sa base et se pose à 15h05.

La vedette de sauvetage reste sur zone jusqu’à la tombée de la nuit sans rien trouver d’autre. Le lendemain elle effectuera une nouvelle sortie, encore une fois sans résultat.

L’adjudant Yves BRIÈRE sera officiellement déclaré « disparu en mer ».

Il était âgé de 21 ans. Il totalisait plus de 18 missions de guerre.

Son corps ne sera jamais retrouvé.

Estimation du lieu de la disparition au large des côtes galloises à 13 km au sud-ouest du port de Trecastell.

Pour en savoir davantage sur le parcours de Yves Brière, vous pouvez télécharger sa biographie complète au format PDF.